Léo au pays des oiseaux :

Colibris, perroquets… Ça plane pour eux ?

Aujourd’hui, de nombreux oiseaux sont en voie de disparition : plus de 1 000 espèces sont menacées. Leur disparition serait dramatique. Elle mettrait en péril les écosystèmes dans lesquels ils évoluent, et auraient un impact direct sur les populations. C’est pourquoi, au delà de sa dimension ludique, le Parc des Oiseaux de Villard-les-Dombes se donne pour mission de sensibiliser son public à la fragilité de la biodiversité aviaire.

SBWQ9197

A mi-chemin entre loisir et pédagogie, le parc propose un spectacle d’oiseaux en vol. Il est articulé autour de tableaux plutôt esthétiques. Les animaux s’exécutent sur un fond musical au dessus duquel des explications sont données sur les individus qui performent. Un bon moyen d’intéresser le public aux particularités de chaque espèce. Venez découvrir les coulisses du spectacle avec Nicolas Guiget, responsable adjoint du spectacle.

Les colibris sont des oiseaux très particuliers que le parc a choisi de mettre en valeur. Il leur a même consacré une petite exposition pour que les visiteurs puissent découvrir ses spécificités. On a demandé à Yannick Rousies, soigneur animalier, de nous livrer quelques anecdotes sur l’oiseau de tous les records.

Cette interview est à écouter en ce moment sur Radio Néoplanète le lundi à 02h15, 12h15, mardi 15h15, mercredi 18h15, vendredi 07h15 et 21h15, , samedi 10h15, dimanche 00h15 et 13h15.

Le Parc des Oiseaux reçoit de nombreux types de publics. Il se donne deux missions principales : la pédagogie pour les plus jeunes ou les néophytes et la sensibilisation pour tous. C’est un parc zoologique qui maintient des animaux en captivité. Alors défendre une cause, oui, mais à quel prix ? Écoutez Emmanuel Visentin, le directeur du parc.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Léo Arguillère

Journaliste Multimédia et occasionnellement musicien et acrobate urbain. Proche de la nature tel un hippie sauvage, et déjà concerné par les questions de bien-être et de santé, c’est après avoir vu le film Demain de Cyril Dion et Mélanie Laurent que Léo s’est engagé dans l’écologie. Ce documentaire l’a convaincu que le combat n’était pas vain, qu’il y avait encore de l’espoir et qu’il fallait se battre pour montrer au monde les solutions qui existent.