La CITES, entre protection des animaux et enjeux économiques

fleur de MadagscarCette année encore, de nouvelles espèces font l’objet d’une demande d’inscription à la CITES. Au total, 70 propositions vont être faites par près de 55 pays, concernant tout aussi bien les animaux que les végétaux. Moins populaires, les espèces végétales sont pourtant bien présentes à la CITES.  Ironie du sort, elles y sont même plus répertoriées que les animaux, comme nous l’explique Stéphane Ringuet, représentant de WWF France à la Conférence des Parties. (1’05)

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2013/02/ESPECES-VEGETALES.mp3|titles=Les especes vegetales]
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Etudiante en dernière année à l’Ecole Supérieure de Journalisme de Paris (ESJ), Marion est une grande passionnée de sport, voyages et découvertes. Après avoir travaillé en tant que reporter pour radio Africa n°1, Chérie Fm et France Bleu 107.1, elle rejoint Néoplanète. Jeune journaliste, Marion pige également pour Les Nouvelles de Versailles.