Cinéma : Pollen de Louie Schwartzberg

C’est le film évènement signé Disney Nature ! « Pollen » de Louie Schwartzberg, à l’affiche le 16 mars, vous emmène au plus près des miracles de la nature. Des histoires d’amour en pagaille entre fleurs et pollinisateurs sans lesquelles la vie sur Terre serait impossible. Un film aux allures de documentaire, mais au rendu digne des plus grosses productions américaines. Critique, photos et bande-annonce ci-dessous.

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2011/03/Palmes-vertes-Pollen.mp3|titles=Palmes vertes – Pollen]

Version écrite :

« Pollen » de Louie Schwartzberg est le nouveau documentaire de Disney Nature, un voyage ébouriffant en très gros plan dans le monde des fleurs astucieuses et de leurs fidèles pollinisateurs. Sortie le 16 mars.

Attention, ce film comporte de nombreuses scènes de sexe explicite, filmées en macro sans carré blanc ou floutage. Les accouplements en plan rapproché ne manquent pas, la nudité est constante, la ruse, l’adultère, les partenaires multiples, les parties fines, les déguisements, les touzes avec accessoires, tout y est. Âmes pudiques s’abstenir. En revanche, si la sexualité des abeilles a toujours été votre grande référence éducative (« dis maman, comment on fait les enfants ? »), venez, venez, dards turgescents et sucs intimes sont au rendez-vous.

On l’aura compris, « Pollen » (par la voix de Mélanie Laurent) narre les rencontres improbables entre les orchidées-bacquet et les abeilles ou les cactus de western avec des chauves-souris, complices de leur reproduction, condition de leur survie. Il faut dire que les fleurs ont la manière pour enduire leurs auxiliaires de vie de liquides gluants et glycémiés ou recouvrir leurs pattes de grappes de pollens plus accrochés que des berniques à leurs rochers. Car il n’y a pas que les abeilles (qui se servent en retour en produisant le miel) ou les chauves-souris (sauvées de la famine), il y a aussi les colibris et les papillons. Quand bien même on est abonné à la chaîne Animaux, à toutes les déclinaisons de « Microcosmos » et qu’on petit-déjeune devant une haie de fuchsia, jamais encore on n’a vu d’arbres ployer ainsi sous la charge de milliers de monarques qui s’y reposent d’un sommeil lourd, ou des chauves-souris allaitantes, le petit accroché à la tétine en plein vol, venant chercher la nuit tombée pitance dans le désert. C’est la nature au quotidien et au lointain, et c’est plus bluffant que de la SF en 3D. Louie Schwartzberg est un multirécidiviste monomaniaque qui filme les fleurs depuis sa petite enfance, et qui, pour coller à notre crise environnementale, ne s’est pas contenté de parler des fleurs et de leur intelligence, leur malice, leurs 400 coups, mais aussi de leur avenir, ainsi que de celui de leurs symbiotes saisonniers, les bestioles susnommées. Ce virage pris sur l’aile il y a deux ou trois ans a donné « Pollen ».

Et à la fin, hélas, les abeilles meurent. C’est notre combat de faire qu’elles survivent.

Plus d’informations sur le film Pollen sur le site de DisneyNature

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

"Polyglotte et multimédia, curieuse de tout, avare de rien, en chapeau sur son vélo ou en lunettes en salles obscures, Monique Neubourg aime le cinéma, les livres, les parfums, les jardins, les séries américaines, les relations humaines, l'air du temps et le bruit de l'eau. Elle fait même ses shampoings bio elle-même !