Innovation :

Ces femmes qui sauvent les forêts et les hippocampes

Des femmes audacieuses au chevet de la planète : forêts échappant à la déforestation, hippocampes peut-être sauvés de la voie d’extinction… Autant de belles initiatives récompensées depuis 40 ans par le prix Rolex.

Yolaine de la Bigne reprend sa place derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin du lundi au vendredi, dans « Un monde plus vert », une chronique rediffusée à 17h27 et à écouter sur notre webradio tous les jours à 9h45, 13h30, 15h45 et 19h45 ! 

Ecoutez la chronique de Yolaine de la Bigne :

Version écrite de la chronique:

Beaucoup d’entreprises créent des prix pour aider l’innovation, notamment Rolex qu’à priori on n’attend pas sur ce terrain…

Crédit Rolex / Paul Jeffrey

Pourtant, les Prix Rolex existent depuis 1976 et ont déjà récompensé 130 personnes dont les projets profitent à leur communauté et si possible au monde en général. Cela doit être un projet innovant dans les domaines des sciences et de la santé, techniques appliquées, exploration et découverte, environnement ou patrimoine culturel. C’est donc large, et je voudrais vous en citer deux intéressants pour l’environnement. Par exemple, Martha Ruiz Corzo, qui a sauvé de la déforestation une des zones du Mexique les plus riches en biodiversité, la Sierra Gorda. Avec l’aide de conservateurs, elle a pu stopper la disparation de plusieurs espèces d’animaux (oiseaux, jaguars, singes) et a planté 6 millions d’arbres en une trentaine d’années.

Si elle y parvient avec un tel succès, elle peut exporter son savoir-faire ?

Crédit : Rolex Awards/Tomas Bertelsen

C’est exactement le but. Aujourd’hui, son organisation va travailler dans tout le Mexique. Autre lauréate intéressante, la biologiste marine canadienne Amanda Vincent qui veut impliquer le grand public pour révolutionner la conservation marine, rien que ça ! Son combat à elle, ce sont les hippocampes qui sont en train de disparaître. Comment ? Grâce au moyen le plus simple et qui touche le plus de monde, une appli pour smartphone et web qui permet à quiconque, de partager ses observations et photographies d’hippocampes en milieu naturel pour fournir aux chercheurs des informations vitales. De plus en plus de spécialistes de la biodiversité comme le Muséum d’Histoire naturelle en France développent ce genre d’appli car l’aide de milliers de gens peut être capitale pour les scientifiques.

Et puis cela permet de sensibiliser les gens !

Ce qui est capital bien sûr, d’ailleurs Amanda Vincent a interpellé la CITES, la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction, et elle a réussi à que les hippocampes deviennent leur première espèce d’animaux marins protégée en  1976. Son but maintenant c’est de toucher des pays comme la Thaïlande, le Vietnam, le Sénégal ou la Guinée pour qu’ils protègent leurs hippocampes et se réunissent en communauté de partage de contenu, entre grand public, et scientifiques, grâce à cette appli iSeahorse. Donc si vous voyez un hippocampe passer, prenez des notes et envoyez-les sur ISerahorse !

Cette chronique a été diffusée le 8 octobre sur Sud Radio en partenariat avec ENGIE acteur de la transition énergétique.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.