Bâtiment :

Catamarans, banques… Les nouveaux hôtels d’aujourd’hui

Les vacances arrivent ! Et il se pourrait que l’hôtel dans lequel vous allez séjourner pendant les jours qui suivent ait été auparavant un bureau d’entreprise ou encore une prison. En effet, au lieu de détruire les vieux bâtiments, on se met désormais à les rénover.

Hôtel le 5 codet capture d'écran
Hôtel le 5 codet capture d’écran

Yolaine de la Bigne reprend sa place derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin du lundi au vendredi, dans « Un monde plus vert », une chronique rediffusée à 17h27 et à écouter sur notre webradio tous les jours à 9h45, 13h30, 15h45 et 19h45 ! 

Ecoutez la chronique de Yolaine de la Bigne :

Version écrite de la chronique :

Bientôt les vacances, certains d’entre nous vont aller dans des hôtels parfois étonnants.

Et c’est une des tendances très intéressantes de l’architecture, plutôt que de détruire et de reconstruire sous prétexte que c’est plus rentable comme on l’a beaucoup fait en France, ce qui est dommage quand on voit l’exemple emblématique des Halles à Paris, halles magnifiques qui ont été remplacées par des bâtiments affreux, le tout avec des dépenses d’énergie et de matériaux délirants, aujourd’hui on recycle les bâtiments. Ce qui donne parfois des résultats insolites, notamment pour des hôtels qu’on installe dans des prisons, d’anciennes banques ou des bureaux.

Ca ne fait pas vraiment rêver d’aller à l’hôtel dans un ancien bureau !

Pourtant ce sont souvent des bâtiments très intéressants car en centre-ville et une fois bien restaurés vous ne pouvez pas deviner qu’on y travaillait avant. Un exemple : l’Hotel Banke, 5 étoiles près de l’Opéra à Paris, est une enseigne de style Haussmannien, avec un grand hall auréolé d’une coupole vitrée qui laisse passer la lumière du jour et on a gardé les anciens guichets en bois dans le bar et au restaurant, ce qui a un charme fou. Autre exemple le Cinq Codet, ancien central téléphonique des années 30 avec des chambres aux plafonds vertigineux (6 mètres de hauteur) et plus de 400 œuvres d’art moderne un peu partout, je peux vous assurer que les clients n’ont pas l’impression d’aller au turbin !

D’autant plus qu’à Paris on manque d’hôtels.

D’où ce dynamisme du recyclage architectural. Un dernier exemple : un projet qui verra le jour en 2016, un catamaran amarré à la gare d’Austerlitz, qui proposera 54 chambres sur deux étages et un couloir de nage. Futur lieu à la mode il va sans dire, on va chanter sous le pont d’Austerlitz on y danse, on y danse !

Cette chronique a été diffusée le 16 décembre sur Sud Radio en partenariat avec ENGIE acteur de la transition énergétique

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone