Interview :

Ben Affleck : Batman se ligue contre Trump

Alors que nous sommes à quelques jours des élections présidentielles américaines, Ben Affleck alias Batman se dit inquiet de la non implication du candidat Donald Trump dans la cause environnementale. A l’affiche de « Mr Wolff », la star s’est confiée à notre correspondant à Los Angeles, Franck Rousseau.

Ben Affleck. Photo: Magnus Sundholm for the HFPA.
Ben Affleck. Photo: Magnus Sundholm for the HFPA.

Version audio :

Version écrite :

Vous êtes un grand réalisateur et un grand acteur mais vous êtes aussi l’une des personnes les plus intelligentes de Hollywood.  L’une des plus impliquées dans la vie politique également. A quelques jours de la Cop22 et des élections US, est-ce que vous pensez que les États-Unis ont fait assez pour préserver cette planète ?

Je pense que nous pourrions faire beaucoup plus et beaucoup mieux que ce que nous faisons actuellement.  Nous pourrions être plus impliqués et plus actifs, plus responsables. En Amérique, nous consommons environ 25 % des ressources du monde alors que nous représentons que 6 ou 7 % de la population ou quelque chose comme ça. Quiconque à de la chance et beaucoup de choses à partager doit faire beaucoup pour les autres. Je pense que c’est une responsabilité morale qui nous incombe. Et l’une des valeurs de l’Amérique est justement de construire quelque chose autour de ce principe. Parfois nous en avons conscience et parfois pas. En ce moment, voyez-vous, nous vivons vraiment des jours étranges dans notre pays ! Mais qu’importe. Nous avons fort heureusement aux États-Unis des gens qui croient en la responsabilité collective. Une responsabilité collective que nous avons pour le monde et qui est axée sur des valeurs de partage, de solidarité vis à vis des autres. Nous nous devons de donner à ceux qui ont moins que nous. Seulement parfois nous ne suivons pas ces principes comme nous le devrions.

Pourriez-vous développer quand vous dites que nous vivons des jours étranges ?

Ben Affleck. Photo: Magnus Sundholm for the HFPA
Ben Affleck. Photo: Magnus Sundholm for the HFPA

La situation politique est très inhabituelle. Je n’ai jamais vu quelque chose de similaire dans ma vie aux États-Unis. Et pourtant, je ne suis pas si vieux  que ça ! Mais assez vieux en tout cas pour avoir pu observer pas mal de compagnes politiques. Celle-là est étrange et me rappelle ce qui s’est passé pour le Brexit. J’étais en Angleterre cet été pour tourner « Justice League » et je me dis que cela ressemble beaucoup aux circonstances qui ont poussé les gens à voter pour la sortie de leur pays ! Tout le monde nous assurait que ce vote ne passerait pas, que ça serait fou. Et puis, soudainement, c’est arrivé.  Bref, j’ai les mêmes peurs qu’à l’époque du Brexit et notamment vis-à-vis de ceux qui votent pour Trump. Je suis surpris qu’il puisse recevoir autant de soutien !

Que l’on veuille ou non, beaucoup de gens voteront Trump. Et pas seulement les gens fortunés, vous avez des gens issus aussi de la classe moyenne qui sont attirés par ses théories. Cela ne vous inquiète pas. Surtout pour la planète qui n’a pas besoin d’un éco-sceptique au pouvoir…

Je pense que beaucoup de gens votent pour Trump parce qu’ils en ont assez des politiques. Ils ont le sentiment que ces derniers leur ont menti pendant longtemps. Il se sentent comme les gens à qui ont fait des promesses et qui n’ont rien vu venir ! Surfer sur les pires peurs et manipuler ce n’est pas dans l’intérêt des candidats. Le public sent qu’il ne peut plus faire confiance aux politiciens et à l’établishment. A mes yeux, c’est comme s’il s’agissait d’une bombe politique que l’on jetait ! C’est comme si on jetait un bâton de dynamite dans une poubelle en disant ce que l’on pense du gouvernement. Ce rejet des institutions est déjà arrivé dans le passé, ainsi que ce désir de changement, mais dans le cas présent, c’est une sorte de sur-correction que l’on souhaite infliger et je trouve cette tendance dangereuse. Voilà. C’est tout ce que je peux dire !

Mais quelles sont vos craintes personnelles ?

Ben Affleck. Photo: Magnus Sundholm for the HFPA.
Ben Affleck. Photo: Magnus Sundholm for the HFPA.

Je pense que les conséquences liées à ces élections sont très sérieuses. A chaque fois que vous votez pour le président des États-Unis, à priori, c’est un truc important pour les quatre prochaines années à venir.

Peu importe qui sera élu après ! Je suis très inquiet en songeant à ce que pourrait faire du pouvoir un type comme Trump s’il devenait président des États-Unis. D’un autre côté, je fais confiance aux électeurs ! Je suis sûr qu’ils feront ce qui est pour le mieux !

Si ma mémoire ne flanche pas, vous n’avez pas dit à un moment que vous envisagiez de vous lancer dans la course à la Maison Blanche.

Je pense que c’est une idée attirante que d’être au service du public et faire de la politique. Mais la réalité dans tout ça, c’est que vous passez plus de temps à lever des fonds. Je trouve cela louche d’occuper un poste où l’on ne fait que ça ! Collecter de l’argent tout le temps, je ne peux imaginer pire métier ! A mes yeux, c’est la définition de l’enfer ! Je peux donc d’ores et déjà vous pariez que je ne vais pas me lancer dans la fonction publique dans un proche avenir. Ce sera aussi un grand soulagement pour beaucoup d’entre vous, j’en suis sûr ! (rires)

Ben Affleck. Photo: Magnus Sundholm for the HFPA
Ben Affleck avec Franck Rousseau Photo: Magnus Sundholm for the HFPA
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Frank ROUSSEAU, grand reporter et pur produit de la mondialisation ! Elevé en partie en Afrique, au Canada, en Nouvelle Calédonie. Eduqué en France puis dans les Universités américaines, il se passionne ensuite pour l’histoire de l’art et celles de civilisations avant d’intégrer le Figaro Quotidien. Journaliste freelance, il partage désormais son temps entre l’oligopole de Los Angeles et un petit village des Yvelines…