Quelle époque éthique !

Agriculteurs-écolos : l’avenir des ruisseaux ne coule pas de source

On procède actuellement à une nouvelle cartographie des cours d’eau sur le territoire français. Le but ? Mieux évaluer nos ruisseaux. L’enjeu ? Redessiner les zones protégées. De quoi attiser certaines tensions entre agriculteurs et associations de défense de l’environnement.

water-1232239_1280

Écoutez Yolaine de la Bigne derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin à 6h10 et 7h22 du lundi au vendredi, dans « Quelle époque éthique », une chronique à télécharger :

Version audio :

Version écrite, collaboration Nathalie Cayzac :

Le gouvernement, associé à la FNSEA, le puissant syndicat agricole, est en train de procéder à une nouvelle cartographie des cours d’eau en France, en quoi ce travail est important ? 

Ça se passe discrètement comme souvent et pourtant il faudrait qu’on en parle haut et fort car si un filet d’eau est classé « cours d’eau », on ne peut y faire d’épandage ou de travaux d’aménagement. C’est primordial pour protéger nos rivières qui sont déjà très polluées. Par contre si ce filet d’eau est considéré comme un fossé, on peut en disposer comme on veut. Cette nouvelle cartographie est donc capitale car tous ces ruisseaux représentent l’arborescence de nos rivières et de nos fleuves et jouent un rôle écologique fondamental. Or, cette nouvelle cartographie, nous dit reporterre.net, pourrait déclasser près d’1 cours d’eau sur 5 en fossé ou en ravine ce qui est très inquiétant.

Mais que vient faire la FNSEA dans ce travail administratif et préfectoral ?

C’est la bonne question ! L’examen systématique des cours d’eau dans le fin fond de nos campagnes est un gros boulot et la FNSEA s’est portée volontaire pour aider le gouvernement. Or il est hallucinant que l’État, sous prétexte de manque d’effectifs, fasse appel comme juge à des gens qui forcément sont de parti-pris. Le dossier est sensible et provoque des conflits d’intérêts. Sous prétexte d’avancer vite, nombre de Chambres d’Agriculture à majorité FNSEA tentent d’imposer des procédures rapides, de dessiner leurs propres cartes, et court-circuitent les associations environnementales locales.

Sur le terrain, le sujet doit provoquer des conflits !

Évidemment puisque l’État ne fait pas son travail ! Certains agriculteurs veulent déclasser des ruts d’eau pour les exploiter, le tout sans analyser les conséquences ce qui provoque la colère des associations environnementales. En Bretagne, par exemple, ça se passe plutôt bien car le tissu associatif est solide et travaille correctement avec les agriculteurs mais dans l’Ariège, le Tarn et Garonne ou la Seine et Marne par exemple, les discussions sont tendues entre agriculteurs et militants écolos. D’après reporterre.net, on ne peut encore chiffrer le nombre  de « déclassements » mais on parle de 20% des cours d’eau en danger selon les régions. De sacrés pavés dans les mares!

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone