Climat :

La pluie, un luxe que l’on paye en Californie

A l’heure où la Californie subit déjà les conséquences du réchauffement climatique et doit faire face à la sécheresse, Los Angeles accueille l’exposition « Rain Room » qui invite les visiteurs à découvrir une chambre où tombe la pluie.

water-815271_1280

Yolaine de la Bigne reprend sa place derrière le micro de Sud Radio ! Retrouvez-la chaque matin du lundi au vendredi, dans « Un monde plus vert », une chronique rediffusée à 17h27 et à écouter sur notre webradio tous les jours à 9h45, 13h30, 15h45 et 19h45 !

Ecoutez la chronique de Yolaine de la Bigne :

Version écrite de la chronique :

Vous nous parlez aujourd’hui d’une exposition qui fait un malheur à Los Angeles car elle rappelle la pluie aux californiens.

Le succès de cette manifestation artistique est révélatrice de notre époque et du dérèglement climatique. C’est le collectif anglais de designer, Random International, qui a créé la « Rain Room » (chambre de pluie), une chambre sombre dans laquelle tombe un déluge de pluie. On y entre pour profiter de cette pluie et ô prouesse technologique, on en ressort tout sec. Car des caméras captent vos mouvements de façon à faire tomber les gouttes d’eau autour de vous sans vous toucher.

L’expérience doit être très amusante, mais ce n’est pas très écolo côté économie d’eau !

Tout va bien car la « Rain Room » consomme 2 000 litres d’eau au total, mais heureusement elle est recyclée. Et elle sensibilise la population car le problème de l’eau est très important en Californie la sécheresse sévit depuis cinq ans. Au point que le gouverneur a déclaré l’état d’urgence en 2014 et pris des mesures drastiques afin de baisser de 25% la consommation hydrique. D’où le succès inattendu de cette exposition qui affiche complet : toutes les places sont déjà réservées jusqu’en février.

L’eau est un problème récurrent, en Californie et ailleurs ! On en a parlé durant la COP 21 ?

Elle a eu droit à sa journée thématique le 2 décembre mais le sujet n’a pas été abordé en profondeur. Pourtant, dans nos pays plutôt chanceux de ce côté-là si on compare avec l’Afrique, nous allons connaître de plus en plus de sécheresse et d’inondations. Il faut donc travailler sur une meilleure gestion de notre consommation d’eau mais aussi de nos fleuves et nos lacs. Plusieurs mesures ont été présentées en ce sens que nous détaillerons un autre jour mais dès aujourd’hui, il faut changer notre regard sur l’eau, un bien précieux à respecter !

Cette chronique a été diffusée le 18 décembre sur Sud Radio en partenariat avec ENGIE acteur de la transition énergétique.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone