Série franchouillarde :

Peut-on voyager sans parler anglais ?

Plutôt Molière que Shakespeare ? En vacances, cela peut être un désavantage, surtout si vous aimez voyager loin… Mais pas de panique, des alternatives existent pour les amoureux de la langue française, alors à vos stylos !

©PublicDomainPictures
©PublicDomainPictures

A l’heure où les anglicismes sont monnaie courante, les partisans de la francophonie démontrent que la langue française a plus d’un tour dans son sac. Comme son nom l’indique, la francophonie désigne une communauté de personnes parlant le français. 274 millions de personnes sont concernées dans le monde, selon un rapport de l’Observatoire de la langue française datant de 2014.

sans_titre_1-2

C’est avec une optique de solidarité francophone, sous l’emprise d’un monde principalement régi en anglais, que s’est tenu le Forum Économique de la Francophonie le 27 octobre, organisé par l’Organisation Internationale de la Francophonie. Pour sa seconde édition, sous le thème « Appel à l’action », le sommet avait pour but d’examiner les moyens de développement de la francophonie économique. Si la coopération dans ce milieu n’est pas encore d’actualité, l’idée de solidarité linguistique est bien ancrée.

La Francophonie entre particuliers

Une démarche encourageante qui ne concerne cependant pas vraiment les particuliers. Que faire lorsqu’on ne parle pas très bien ou pas du tout anglais ? Si l’on reste dans des pays francophones, tout va bien, néanmoins en cas de voyage ailleurs, cela se complique. En effet, les solutions pour se loger se limitent à l’hôtel, ou bien en locations, dominées par les ténors du marché : Airbnb ou Homelidays. Pour ces derniers, si le site possède une traduction en français, une fois sur place, c’est une autre histoire.

C’est dans cette optique que s’est créé la première plateforme d’hébergement, exclusivement entre francophones. Fondée en septembre par Julien D’Houndt, elle est la seule de ce genre sur le marché de la location entre particuliers. Ouverte à toute personne francophone ou souhaitant parler le français, elle offre un large éventail de locations, allant du Ryad au Maroc à la tente en Australie. Le site communautaire compte d’ores et déjà 300 offres actives couvrant une vingtaine de pays.

Pour concurrencer des plateformes comme Airbnb, Location Francophone mise sur la communication entre le propriétaire et le voyageur. En effet, le site agit comme un réseau social, dans le sens où chaque profil contient des informations sur les loisirs et les centres d’intérêts de chacun. De plus, les propriétaires sont tenus de guider le visiteur afin de faciliter son séjour. Une condition qui n’est pas systématique chez ses concurrents. Une belle manière de montrer que le français ne se résume pas seulement à un accent sexy.

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Victoria Putz

Née dans la petite bourgade tranquille de Saint-Cloud, Victoria a vite aspiré aux voyages. Étudiante en journalisme et disciple de la presse écrite, elle roule sa bosse entre web magazines spirituels, culturels et généralistes. Après avoir passé deux mois à l’hebdomadaire TelQuel dans la très animée Casablanca au Maroc, elle entre à Néoplanète pour assouvir sa soif de culture environnementale.