Pétition pour le liège et les forêts de chênes-liège

D’après un communiqué de l’APCOR –Association portugaise du liège– et de la FFSL –Fédération Française des Syndicats du Liège- du 2 avril 2008 :

Les professionnels du liège remettent le liège au coeur d’un débat écologique et humain, et lancent une pétition pour les forêts de chênes-liège. Avec le soutien de GoodPlanet -association présidée par Yann Arthus-Bertrand-, et de Jean-Marie Pelt, Président de l’Institut Européen du Liège, les professionnels du liège remettent le choix du liège au coeur d’un débat écologique et humain, et lancent une pétition pour le liège et les forêts de chênes-liège. A l’issue de cette pétition, ils s’engagent aux côtés de l’IML, à entretenir et replanter plus de 1500 arbres.

Pourquoi ? Parce que les forêts de chênes-liège –suberaies– sont des sanctuaires écologiques, et qu’elles sont entretenues par ceux qui en vivent, pour la fabrication de bouchons de liège pour vins tranquilles et effervescent –70 % de la production économique d’une suberaie– , et pour la fabrication de matériaux d’isolation écologiques et performants. Urbanisation, abandon d’un mode de gestion durable (l’exploitation des chênes-liège pour la fabrication de bouchons ou de matériaux d’isolation aide l’écorce à se régénérer)… Dans un contexte où la protection de l’environnement est au centre des préoccupations, la préservation des forêts de chênes-liège constitue, au delà de choix économiques et techniques, un véritable engagement pour la planète.

Quelques faits…

Les forêts de chênes-liège participent

– à préserver la biodiversité : elles abritent une faune et une flore d’exception dont plusieurs espèces en voie d’extinction. En autres, le lynx Ibérique –il n’en reste que 150 individus– et l’aigle impérial Ibérique, l’un des rapaces les plus menacés. Les suberaies méditerranéennes appartiennent à l’un des patrimoines végétaux les plus riches du monde (jusqu’à 135 espèces pour 1000 m2)

– à lutter contre l’effet de serre : elles constituent d’excellents puits de carbone ; les forêts de chênes-liège du Portugal –32% de la surface mondiale totale– séquestrent à elles seules 4,8 millions de tonnes de CO2 par an, soit 5% des émissions du pays. 1,3 hectares de forêt permettant de produit 1 tonne de bouchons de liège, absorbe 2 tonnes de CO2 en 1 an.

– à préserver la nature : Les chênes-liège jouent naturellement un rôle de rempart contre l’érosion, la désertification et les incendies, qui sévissent régulièrement en région méditerranéenne.

– à préserver les hommes et une forme de travail équitable : 100 000 personnes vivent du liège via la filière bouchons de liège sur le pourtour méditerranéen, du Portugal à l’Algérie. Les forêts de chênes-liège abritent une économie locale et des savoir-faire précieux : porc ibérique, cueillette de champignons et de truffes (Espagne, Portugal, Italie), ramassage du bois de chauffe (Maroc, Algérie, Tunisie), tourisme…

Avec cette pétition, les professionnels du liège –l’APCOR –Association portugaise du liège– et la FFSL –Fédération Française des Syndicats du Liège– s’engagent à financer la gestion durable ou la plantation d’1 chêne-liège toutes les 6 signatures. Objectif : recueillir 10 000 signatures, pour financer, en partenariat avec l’Institut Méditerranéen du Liège (IML), l’entretien de 7,5 hectares de forêt, c’est à dire plus de 1500 arbres. Un chantier urgent, concret, utile.

Le site Internet : http://www.petitionpourleliege.org/

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone