Pétition contre l’abattage de bouquetins en Haute-Savoie

Sans titreUne pétition (*) a été lancée par plusieurs organisations écologiques pour réclamer l’arrêt de l’abattage des bouquetins du massif du Bargy, en Haute-Savoie, décidé par le préfet pour supprimer un foyer de brucellose.

Plus de 230 bouquetins âgés de plus de 5 ans ont ainsi été abattus sur ordre du préfet de Haute-Savoie depuis l’automne dernier sans que l’avis des instances scientifiques – dont le Conseil National de Protection de la Nature (CNPN) – ait été pris en compte. Or l’urgence d’agir ainsi n’est pas démontrée d’autant que la très officielle ANSES (*) a jugé le risque de transmission du bouquetin aux troupeaux domestiques (donc à l’homme) était très faible. D’autres solutions évitant l’abattage massif étaient possibles, comme la vaccination ou un abattage sélectif des seuls animaux atteints de la brucellose, ce qui nécessitait plus de temps et de moyens, selon les auteurs de la pétition (ASPAS, FERUS, FRAPNA, LPO, One Voice). Enfin, l’absence d’infection parmi tous les troupeaux de ruminants domestiques éventuellement exposés a été démontrée, toujours selon les ONG qui accusent les pouvoirs publics d’avoir cédé aux pressions des chasseurs et des éleveurs.

Espèce emblématique des Alpes, le bouquetin est un animal paisible, source d’inspiration des hommes depuis le Paléolithique. Très prisé pour sa viande, objet de multiples superstitions médicinales, il a failli disparaître avec l’invention des armes à feu. Protégé par les monarques de Savoie et d’Italie au XIXème siècle, il n’est interdit de chasse en France que depuis 1962, un an avant la création du parc national de la Vanoise, où vit es 10.000 bouquetins aujourd’hui recensés dans les Alpes françaises.

(*) http://www.sauvonslesbouquetins.com

(*) Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.