Petite initiation au secourisme des oisillons

« Que faire si vous trouvez un oisillon tombé du nid ?

– Recueillez-le seulement s’il est manifestement blessé (aile pendante, trace de saignement, impossibilité de se tenir sur ses pattes).

– Apprenez à distinguer un oisillon en duvet ou peu emplumé que vous pouvez replacer dans son nid s’il est intact ou, s’il est détruit ou introuvable, essayez d’en créer un au même endroit. Cet oisillon se différencie d’un oisillon bien emplumé, qui sautille au sol mais ne vole pas encore et qui peut soit avoir quitté son nid trop tôt, soit être à quelques jours de son envol. Laissez alors faire ses parents.

– Si l’oisillon ne semble pas pouvoir s’envoler mais sautille de branche en branche ou volète au dessus du sol, ne faites rien. Il lui faudra encore peu de temps avant de pouvoir atteindre les hautes branches tout seul. Si vous l’avez déjà recueilli, remettez-le vite où vous l’avez trouvé. S’il se trouve dans un lieu particulièrement exposé, placez-le à l’abri dans une haie, un buisson …

– S’il s’agit d’un petit passereau (excepté les merles et les grives) qui vole très mal à sa sortie du nid, replacez-le si possible dans son nid. Les oiseaux ont un odorat très peu développé et même si vous avez touché l’oisillon, les parents ne l’abandonneront pas.

– S’il s’agit d’un rapace nocturne (chouette, hibou) qui quitte le nid très tôt, placez-le en hauteur sur une branche ou un muret, en prenant soin de mettre des gants pour vous protéger de ses serres et de son bec. Ses cris durant la nuit permettront aux parents de le localiser et de lui apporter sa nourriture.

– Dans le cas des martinets et hirondelles, comme il est rarement possible de replacer le jeune oiseau dans son nid, recueillez-le et installez-le dans l’obscurité et au chaud, dans un carton préalablement percé de trous, le fond tapissé de journaux, puis contactez le centre de sauvegarde le plus proche. »

Dans tous les cas, manipulez l’oisillon le moins possible car vous risqueriez d’abîmer son plumage de façon durable. Vous pouvez lui donner à manger des vers de farine mais ne lui donnez ni pain, ni lait. Ne placez jamais l’oiseau dans une cage, préférez plutôt une boîte pourvue d’un couvercle et percées de plusieurs trous pour le laisser respirer. En attendant de le transférer, laissez-le dans un lieu calme, à l’ombre et sans courant d’air, et prévenez le centre de sauvegarde le plus proche. Ne survolez pas nos petits amis, sauvez les !

D’après le communiqué de presse de la LPO.

Pour en savoir plus : http://www.lpo.fr/adhesion/sos/index.html

Par Mélanie Loubat

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone