Perturbateurs endocriniens : attention, ils sont partout !

Où les trouve-t-on ?

  • Dans les aliments

– Certains fruits et légumes présentent un important taux de pesticides responsables de dérèglements hormonaux.

Aliments à proscrire : poivrons, laitues, fraises, raisins, oranges, pêches, tomates des champs, nectarines, céleri, pommes de terre, concombres, poires, pommes et cerises.

Aliments à privilégier : roquette, mûres, litchis, betteraves, maïs, canneberges, courgettes, bananes, kiwis, mangues, échalotes et aubergines.

 

© Aziz T. Saltik– La contamination des poissons par le mercure est également toxique pour le système neurologique humain. Les poissons prédateurs sont les plus contaminés.

Espèces à éviter : bar, espadon, esturgeon, mérou, rascasse, saumon de l’Atlantique.

Espèces à privilégier : anchois, écrevisse, hareng, huître, moule, saumon sauvage, sardine.

 

– Selon une étude de l’association Générations futures révélée mercredi 20 mars, des traces d’insecticides perturbateurs endocriniens ont été détectées dans plusieurs produits à base de blé: pâtes, biscuits, céréales, brioches…

 

  • Dans les cosmétiques

Th145-WikimediaLe triclosan présent dans certains dentifrices, déodorants et gels douches est un produit de synthèse utilisé depuis plus de 30 ans comme anti-bactérien, antifongique, antiviral, antitartre et agent de conservation. Il peut perturber le fonctionnement de la thyroïde chez l’humain.

 

 

 

  • Dans les ustensiles de cuisine

© Greta & LaurentLe téflon qui sert au revêtement des casseroles antiadhésives est un composé perfluoré (PFC) reconnu comme cancérigènes et perturbateurs endocriniens. Les ustensiles dont l’enduit de téflon est rayé ou abîmé ne devraient plus être utilisés : les PFC s’en échappent plus facilement et se retrouvent en plus grande quantité dans les aliments qui y sont cuits. Persistants, les PFC s’accumulent dans l’organisme et causent des problèmes de développement et de la reproduction ainsi que des troubles du métabolisme.

Le bisphénol A (BPA), composant chimique très répandu, se trouve dans les revêtements plastiques internes de canettes et boîtes de conserve, ainsi que dans certaines bouteilles en plastique et dans des composites dentaires. Il a été banni des biberons et de produits destinés aux enfants dans l’UE et devrait disparaitre des contenants alimentaires début 2015.

  • Partout

© Générations FuturesUtilisés pour assouplir les plastiques et stabiliser les parfums, les phtalates sont présents dans des produits que nous utilisons tous les jours : parfums, diffuseurs d’essences naturelles, bouteilles en plastique, canettes de boissons, boites en plastique, emballages plastiques, peintures, colles, adhésifs, produits cosmétiques… Les phtalates bloquent l’effet de la testostérone et modifient la production d’hormones thyroïdiennes.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Diplômé de l'École Française de Journalisme (EFJ) et après plusieurs expériences dans des chaînes de télévision, Romain s'envole pour l'Australie. Piqué par l'écologie au milieu des kangourous et des koalas, ce passionné de nouvelles technologies et des réseaux sociaux pose ses valises chez Néoplanète pour allier son métier à sa passion. Mordu de théâtre, Romain pige également pour le site www.ruedutheatre.eu