Notre guide de la pêche responsable

Les poissons font partie des ressources naturelles renouvelables les plus importantes au monde, non seulement en raison du rôle important qu’ils jouent dans les écosystèmes aquatiques, mais aussi en raison de ce qu’ils représentent pour les populations humaines qui dépendent d’eux pour leur sécurité alimentaire ou comme source de revenus grâce aux activités de pêche, de transformation et de vente, en particulier dans les pays en développement.

silver fishes underwater

La pêche est la principale source de protéines pour un cinquième de la population mondiale. Toutefois, en raison d’une mauvaise gestion de la pêche, 57 % des ressources halieutiques étaient pleinement exploitées en 2020 et 29,9 % étaient surexploitées. Avec l’augmentation de la population humaine, la possibilité que la pêche puisse fournir de la nourriture à l’avenir dépendra de la capacité des ressources à se reconstituer et de leur bonne gestion.

Encourager une pêche responsable est un excellent moyen de permettre aux stocks de poissons de se reconstituer. L’adoption de stratégies de pêche qui respectent le cycle de vie des espèces marines et la récolte dans le respect de l’environnement sont d’une grande importance si l’on veut que la pêche se poursuive à l’avenir. La pêche responsable implique toutefois des aspects supplémentaires de conservation. Une bonne gestion des produits fait partie de la responsabilité que les pêcheurs et les transformateurs doivent adopter. Les informations relatives à l’état des ressources où la pêche a lieu et donne naissance au produit, ainsi que l’itinéraire et le processus que le produit a suivi jusqu’à ce qu’il atteigne le consommateur final, sont également un élément fondamental de la pêche et de la commercialisation responsables. La responsabilité exige donc un effort supplémentaire :

  • L’utilisation d’engins de pêche responsables
  • Respect des interdictions de pêche
  • Respect des tailles minimales de maturité de l’espèce
  • Ne pêcher que des espèces non menacées
  • L’utilisation d’engins respectueux de l’environnement uniquement
  • Effectuer une manipulation adéquate du produit de la pêche
  • Surveillance participative de la pêche
  • Adopter un programme de traçabilité du produit de la pêche

Ce guide, écrit avec Boilie Discounter, fournit à nos amis pêcheurs une série de concepts de base faciles à comprendre afin qu’ils puissent être informé et qu’ils recherchent une plus grande responsabilité dans ses activités de pêche et de commercialisation.

Tous les engins de pêche ont un impact sur l’écosystème marin. Toutefois, l’impact de nombreux engins de pêche peut être réduit en utilisant diverses techniques. Un engin de pêche responsable est un engin qui a un faible impact sur l’environnement ; il est sélectif parce qu’il se concentre sur la capture des espèces cibles et réduit la capture des espèces non désirées. En outre, lorsque des espèces indésirables sont capturées accidentellement, elles sont relâchées sans affecter ou blesser les animaux. Il existe des engins de pêche qui, par nature, ne sont pas sélectifs et pour lesquels il est presque impossible de réduire l’impact qu’ils provoquent sur la faune et les habitats marins, même s’ils sont légaux, comme c’est le cas des chaluts et des sennes coulissantes. Ces engins ne sont pas traités dans notre guide, car la complexité de leurs interactions avec l’environnement physique et biologique nécessiterait une analyse distincte et détaillée. Voici une description des engins de pêche considérés comme responsables, ainsi que ceux pour lesquels il est possible de réduire, à des niveaux acceptables, leur impact sur l’environnement et les ressources marines.

Engins de pêche responsables

Il y a des engins de pêche que nous considérons comme responsables, car ils ont un faible impact sur l’environnement et une grande sélectivité. Ces engins ont un faible taux de prises accessoires d’espèces non ciblées, et lorsque des espèces indésirables sont capturées, elles peuvent être facilement relâchées. Ces types d’engins de pêche comprennent : la canne à pêche commerciale, la canne verte, la ligne à main, la traîne, les casiers, la palangre de fond, la récolte à la main et le filet à suripère.

Pêche à la ligne commerciale

Description générale

La pêche commerciale à la ligne est principalement utilisée pour la capture du thon. Elle consiste en un une canne rigide avec une ligne solide à son extrémité avant, qui est équipée d’un crochet. Lorsque le bateau identifie un banc de thons, il se dirige vers lui, actionne les disperseurs d’eau et tire des appâts vivants sur le banc. L’appât et l’effet des diffuseurs provoquent une frénésie des thons, qui est exploité par les pêcheurs, qui manipulent habilement les cannes, pour les attraper avec les crochets. Les cannes ont une hauteur de 2 à 3 mètres et les bateaux transportent généralement entre 10 et 20 pêcheurs. L’hameçon est de type « J », sans barbe, pour permettre la libération rapide du poisson capturé une fois qu’il est à bord. La corde est en nylon.

Recommandations

La pêche au thon à la canne a beaucoup moins d’impact que d’autres engins de pêche moins sélectifs, qui sont également utilisés pour capturer ces espèces (par exemple, la senne coulissante). Il est recommandé aux pays de donner la priorité à ce type de flotte pour l’accès à la ressource thonière, car la qualité du poisson pêché est élevée, elle emploie plus de personnes, consomme moins de carburant, a un impact environnemental moindre et il est plus facile de réglementer les tailles minimales de capture. Pour assurer la durabilité de la ressource, il est nécessaire de mettre en place des tailles minimales de capture. La taille moyenne des thons du banc peut être facilement vérifiée pendant l’opération de pêche. Si la taille minimale est respectée, le poisson peut être conservé et commercialisé. Sinon, il est simplement renvoyé vivant dans l’eau. La pêche au thon à la canne dépend toujours d’une pêche à l’appât vivant, car un approvisionnement constant en appât est nécessaire pour mener à bien cette activité. La pêche à l’appât vivant doit être réglementée de manière adéquate afin d’éviter la surpêche de la ressource, y compris les tailles minimales et les quotas de capture.

Canne verte

Description générale

L’engin de pêche connu sous le nom de canne verte est utilisé pour la capture du thon sur la côte Est des États-Unis, au Japon et dans d’autres régions du monde. Elle consiste en une ligne de pêche principale, attachée à une canne en fibre de verre ou en bambou de 11 à 15 mètres de haut. Les lignes secondaires suspendues au-dessus de la surface de l’eau sont soumises à cette ligne principale et porte des hameçons avec des appâts artificiels ou naturels.

six black-and-yellow fishing rod in boat

Recommandations

La pêche au thon à la canne verte a un impact beaucoup plus faible que d’autres engins de pêche moins sélectifs (par exemple, la senne coulissante). Elle a même moins d’impact sur l’environnement que la canne à pêche commerciale. Il est recommandé aux pays de donner la priorité à ce type d’engin dans l’accès à la ressource thonière, car la qualité du poisson pêché est élevée, il emploie plus de personnes, consomme moins de carburant, a un impact environnemental moindre et il est plus facile de réglementer les tailles minimales de capture. Pour que la pêche à la canne verte ait moins d’impact et soit considérée comme durable, il faut non seulement des tailles minimales, mais aussi des limites de capture, des jours de pêche restreints et des zones de fermeture. La combinaison de la ligne verte pendant la saison de pêche à l’albacore (Thunnus albacares) et de la palangre pélagique pendant la saison de pêche à la dorade (Coryphaena hippurus) permettrait une gestion efficace des ressources marines et une réduction de la pêche accidentelle des tortues, des requins et des marlins.

Pêche à la ligne manuelle

man fishing during daytime

Description générale

La pêche à la ligne est une méthode simple de pêche. Il s’agit d’un moulinet où est enroulé un fil monofilament à l’extrémité duquel sont fixés un ou plusieurs crochets. Parfois, un poids est placé dessus pour faire couler le crochet. Un appât naturel est placé sur l’hameçon. Lorsque le poisson prend l’appât, la ligne est ramassée à la main. Ce type de pêche peut être pratiqué à partir du rivage ou d’un bateau.

Recommandations

La pêche à la ligne est l’une des méthodes de pêche les plus sélectifs, car elle permet de sélectionner facilement les poissons à retenir et à relâcher, soit parce qu’ils ne présentent pas d’intérêt commercial, soit parce qu’ils ne respectent pas la taille minimale de capture. La taille de l’hameçon à utiliser varie en fonction de l’espèce cible et de la marque du fabricant. En général, les hameçons J # 6 et 7 et la circulaire # 6 sont considérés comme idéaux pour la pêche des corvines et des vivaneaux, car ils permettent de capturer des individus plus grands et de pêcher moins de juvéniles de façon accidentelle. Pour la capture d’appâts (sardines, harengs et autres petits poissons), l’hameçon J # 16 est généralement indiqué.

Quelle est la taille minimale ?

La taille minimale est celle qui établit la longueur minimale, de la tête à la queue, qu’un poisson doit avoir avant d’être capturé. Il s’agit d’un règlement utilisé pour protéger et maintenir les populations de poissons et de crustacés. Pour plusieurs espèces, les tailles minimales sont réglementées par l’autorité de pêche ou l’autorité environnementale locale. Cependant, il y a des espèces qui ne sont pas réglementées mais pour lesquelles il existe des données scientifiques qui indiquent leurs tailles à maturité. Pour être responsable, nous devons respecter non seulement les tailles réglementées, mais aussi celles que nous connaissons mais qui ne sont pas encore légalisées.

À quoi sert-elle ?

La taille minimale sert à protéger les poissons immatures, en les empêchant d’être capturés. Ce type de mesure est particulièrement utile dans les zones de pêche ou les zones où peu de poissons atteignent la maturité sexuelle. Au fil du temps, ces poissons immatures devraient se développer, augmenter leur capacité de reproduction et, à terme, la quantité de poissons disponibles pour la pêche. Comment les définir ? La taille minimale est définie sur la base de recherches scientifiques qui étudient la biologie de l’espèce. Généralement, la valeur utilisée est celle connue sous le nom de « L50 », qui est la longueur à laquelle la moitié des individus de la population de cette espèce a atteint la maturité sexuelle. C’est-à-dire que 50 % d’entre eux se sont reproduits au moins une fois. Cependant, les réglementations peuvent être rendues plus strictes et une taille minimale plus conservatrice peut être utilisée en ajoutant 5 ou 10 % à la taille L50. Il s’agit de faire en sorte que davantage d’individus aient atteint la maturité sexuelle et aient plus de possibilités de se reproduire.

Quelle est la taille maximale ?

La taille maximale est une mesure de gestion récente qui définit la plus grande taille qui doit être prélevée sur une espèce. Il est utilisé pour augmenter le nombre de grands poissons et d’invertébrés dans la population. Chez de nombreuses espèces, lorsque le poisson augmente en taille, il acquiert une plus grande capacité de reproduction. L’utilisation de tailles maximales vise donc à protéger ces grands poissons à forte capacité de reproduction. Cette caractéristique devient plus pertinente pour les espèces qui ont une croissance très lente, comme les mérous et les requins.

Par exemple, un mérou femelle de huit ans et d’un mètre de long (Mycteroperca xenarcha) produit 60 fois plus d’œufs qu’une femelle de cinq ans et de 60 cm de long de la même espèce ; ou dans le cas du requin-marteau (Sphyrna lewini), les femelles qui viennent d’atteindre la maturité sexuelle à 1,9 mètre ont moins de 20 embryons, tandis que celles qui atteignent plus de 3 mètres peuvent doubler ce nombre.

Les réglementations basées sur les tailles minimales fonctionnent-elles ?

Pour que ces règlements réussissent, les pêcheurs doivent comprendre qu’ils devront sacrifier leurs prises au début, en attrapant moins de poissons. Mais à long terme, les stocks seront plus sains et se reconstitueront, de sorte que les pêcheurs pourront capturer davantage de gros poissons, tant qu’ils continueront à respecter les règles. Si les pêcheurs sont formés aux tailles minimales et à leur utilité, ils peuvent devenir un soutien important dans la mise en œuvre de ces mesures, qui visent à préserver la ressource afin qu’ils puissent continuer à pêcher à l’avenir.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone