Pêche : enfin l’interdiction du chalutage profond ?

Quelques rappels de l’association Bloom en ce qui concerne la pêche profonde :

– Le chalutage profond est interdit dans l’océan austral depuis 2006, au-delà de 1000 mètres de profondeur en Méditerranée depuis 2005 ainsi que dans les Iles Canaries et aux Açores.

– Dans les eaux internationales, seuls 285 navires sont impliqués dans les pêches profondes, et plus de 80% d’entre eux sont des chalutiers de fond battant le pavillon d’une dizaine de nations incluant la France.

– Aujourd’hui, la pêche profonde en France est une activité résiduelle qui concerne dix navires répartis dans trois armements : Euronor, Dhellemmes, Scapêche. La première flotte profonde française est la Scapêche qui appartient au groupe Les Mousquetaires-Intermarché.

– La Scapêche (Intermarché) a reçu d’importantes subventions publiques de la part de l’UE et del’Etat français au titre de la construction, de la modernisation ou de la sortie de flotte de navires impliquées dans les pêches profondes. Celles-ci s’élèvent à 9,7 millions d’euros entre 1996 et 2008.

– Intermarché a renouvelé sa flotte de pêche profonde en 2004 en dépit des avis scientifiques internationaux alertant sur la nécessité de réduire l’effort de pêche sur les espèces profondes et du passage de celles-ci sous quotas le 1er janvier 2003.

– Malgré des conditions d’exploitation faussées par les aides publiques, les flottes françaises de pêche profonde enregistrent des pertes chroniques. La Scapêche affiche une perte d’exploitation cumulée de 7,32 millions.

Pour en savoir plus sur la pêche profonde : www.bloomassociation.org/peche_profonde

Les chaluts de fond utilisés pour la pêche profonde raclent les fonds marins et engendrent quelque 20 à 40% de prises accessoires, non désirées.

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.