Pas de sujets qui fâchent pour la deuxième Conférence environnementale

crédit photo phovoirLa deuxième conférence environnementale – ces 20 et 21 septembre – se concentrera sur cinq thèmes qui passent soigneusement à côté des sujets qui fâchent comme la fiscalité du diesel et la taxe carbone. Plus question d’énergie : le débat national est clos et la loi de programmation ne verra pas le jour avant 2015.

Il reste que les cinq chantiers discutés vendredi et samedi dans les cinq tables rondes (500 participants désignés par le tout nouveau Conseil national de la transition écologique et du Débat sur la transition énergétique + 14 ministres) sont loin de manquer d’intérêt s’ils débouchent sur de vraies décisions mises en œuvre :

–          L’économie circulaire (des États généraux ?)

–          Les emplois et la transition écologique,

–          La politique de l’eau,

–          La biodiversité marine, la mer et les océans (création d’une Agence française de la biodiversité ?)

–          L’éducation à l’environnement et au développement durable.

crédit photo PhovoirOn ne parlera pas d’énergie mais elle sera bien en toile de fond : le gouvernement vient en effet d’annoncer le renforcement des mesures d’incitation aux économies d’énergie pour favoriser la rénovation thermique de 500.000 logements par an (3 fois moins en 2012). Un « service public de la rénovation énergétique », accessible via un numéro de téléphone (0 810 140 240), un site internet (renovation-info-service.gouv.fr) et 450 « Points rénovation info service » seront répartis sur le territoire. On s’attend à ce que le président confirme vendredi le nouveau crédit d’impôt » pour la rénovation voire une baisse à 5% de la TVA sur les travaux de rénovation, que demandent les professionnels.

Quant à Nicolas Hulot, il attend du président de la République qu’il « décrète une mobilisation générale ». Selon lui, « beaucoup de choses restent à faire et ce qui manque le plus, c’est une vision et une cohérence entre les différents acteurs ». Et Hubert Reeves (Humanité et biodiversité)  insiste de son côté sur « l’érosion de la biodiversité (qui) fait peser des risques de pénuries dont l’humanité ne sortirait pas indemne ».

Le couac de cette deuxième Conférence environnementale : toutes les associations environnementales ne seront pas présentes. Les « petites » ONG du Rassemblement pour la planète ont été écartées alors que ce sont elles qui dénoncent preuves à l’appui les dangereuses interactions santé-environnement ont été écartées. Elles comptent en effet dans leurs rangs les ‘lanceurs d’alerte’ (théoriquement protégés par la loi) les plus compétents et crédibles comme Générations futures (pesticides et perturbateurs endocriniens), le Réseau environnement-santé (bisphénol A), Respire (pollution atmosphérique) ou encore Robin des toits (ondes électromagnétiques).

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yves Leers

Journaliste spécialisé dans les questions d’environnement (AFP), conseil en développement durable (L’Atelier du climat), ex responsable de la communication et de l’information de l’ADEME.