Pas de foie gras pour le champion de Wimbledon

Andy_Murray_CU_throwLe n°2 mondial de tennis Andy Murray, qui a remporté hier le tournoi de Wimbledon, ne servira pas de foie gras dans l’hôtel de luxe qu’il s’est offert. L’initiative vient de son chef… Français ! 

 

 

Exit le foie gras dans le menu du luxueux hôtel victorien Cromlix House, près de Dunblane en Écosse. « Je souscris entièrement au fait de ne pas servir de foie gras, en raison de la cruauté que cela implique envers les animaux », a déclaré à la Peta le chef Français Albert Roux, qui supervisera le restaurant de l’hôtel. Ce 3 étoiles au Guide Michelin a ajouté que le foie gras était déjà exclu du menu des six restaurants qu’il dirige en Écosse.

« C’est un beau set gagnant contre la souffrance animale » estime Brigitte Gothière, porte-parole de L214, pour qui « l’engagement du Cromlix House est un bel exemple et un engagement fort qui participe à l’évolution de la gastronomie. » Un engagement d’ailleurs partagé par l’organisateur du tournoi de Wimbledon, le All England Lawn Tennis and Croquet Club, qui a banni en 2011 à ne pas mettre de foie gras à la carte de ses restaurants.

Un gavage interdit au Royaume-Uni

Pour rappel, la vente de foie gras y est autorisée. Néanmoins, le gavage des canards et des oies y est interdit, tout comme dans 23 autres pays de l’Union européenne, en raison des souffrances causées aux oiseaux. Le foie gras a quant à lui disparu des assiettes des californiens le 1er juillet dernier. L’Etat américain a été le premier du pays à franchir ce cap. Une loi proscrit même le gavage et la vente d’un animal gavé.

« En période de gavage, la mortalité des canards est six à vingt fois plus importante, du fait de l’état de santé fortement dégradé des animaux : blessures ou affections liées au passage de l’embuc ou défaillance des organes vitaux« , souligne L214.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.