Parrainez des espèces animales en danger

Fennecs, lions, hippopotames, tortues, crocodiles, baleines… L’association Coeco vient de lancer la première plateforme en ligne de sauvegarde d’espèces animales menacées. Et vous, qui allez-vous soutenir ?

« Ce sont les actions à échelles humaines qui pas à pas, ici et là, contribuent à la préservation des espèces, et celles‐ci ont besoin de moyens mais surtout de visibilité ! », explique Christian Noirard, Docteur en Ecologie et président de COECO.Quand on arrive sur le site d’E-speces, on tombe sur un catalogue d’espèces animales. Un format pratique, qui déconcerte un peu au premier abord, mais qui a le mérite de présenter clairement chaque espèce, ce qui la menace et comment l’aider.

La photo de l’animal est accompagnée d’une petite biographie, d’informations sur l’action mise en place pour enrayer sa disparition, mais aussi d’un baromètre pour savoir s’il est en danger ou carrément en voie d’extinction.

Envie d’agir ? Plusieurs solutions s’offrent à vous : faire un don pour soutenir les projets locaux, dès 5 euros, partir comme éco-volontaire pour devenir vous-même un acteur de terrain ou tout simplement partager l’information via les réseaux sociaux pour médiatiser la cause de l’animal. On aime la transparence du site qui nous explique que 80% du don est reversé à la conservation de l’espèce choisie, 10% au frais de gestion et de développement, 5% pour faire connaître E-speces et enfin 5% pour la chaîne de distribution du don.

Via cette nouvelle plateforme, soutenue par Yann Arthus Bertrand, Coeco fait donc le lien direct entre les associations œuvrant au quotidien pour le maintien de la biodiversité et le grand public. Il s’agit de permettre à tous d’aider des initiatives locales, trop peu médiatisées.

2 exemples concrets

Le mouflon à manchettes
Cet animal est menacé dans son habitat d’origine. La chasse pour sa viande est le principal facteur responsable de sa disparition de bien des massifs en zone sahélo-saharienne.

Le projet ? SCF au Niger. Le massif de Termit abrite une petite population de mouflons persécutée pour sa viande, convoitée par les nomades. La sensibilisation des populations Toubou vivant en périphérie du massif a pour objectif de faire cesser la chasse de cette espèce menacée. Extrêmement cryptique, le mouflon est très difficile à observer. Le suivi écologique de cette espèce demande aux scientifiques de terrain de déployer de grands efforts pour prospecter plateaux et pitons rocheux du Termit.

La Tortue Luth
C’est la tortue marine qui a la plus large répartition dans l’ensemble de la côte ouest de l’Afrique. Son aire de reproduction s’étend de la Mauritanie à l’Angola. Les données récentes placent cette espèce en « Danger Critique de Disparition ».


Le projet ? H2O au Gabon. Le Gabon représente avec la Guyane le premier site de ponte pour cette espèce. Sa survie est gravement menacée par le braconnage, les filets de pêche, la pollution et l’urbanisation du littoral. 15km de plage sur l’île Mandji font l’objet d’une surveillance intensive par une équipe d’éco-volontaires. Une présence 24h/24h lors de la période de ponte permet de garantir un succès reproducteur optimal des tortues.

Plus d’infos : www.coeco.asso.fr

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone