Un cousin du Piranha barbotait dans la Seine

Le Pacu, un cousin du Piranha a été retrouvé vendredi dernier dans la Seine. Le pêcheur a directement remis son étrange découverte à la brigade fluviale qui lui a assuré que le Pacu était inoffensif pour l’homme… quoique…

Le Pacu est un poisson sud-américain, élevé en Amérique du Nord pour sa chair. Malgré une puissante mâchoire dont la denture ressemble à celle de l’homme, le Pacu est végétarien. Voilà peut être la raison pour laquelle l’animal est moins célèbre que son cousin le Piranha.

Pourtant, le site 7sur7.be nous informe qu’« à l’origine, ces poissons munis de dents pour casser des noix ou des graines étaient totalement végétariens. Face au manque de végétation, ils sont devenus carnivores ». Pas vraiment rassurant, surtout lorsque ce changement de régime inspire au Pacu une préférence pour les testicules humaines ! Heureusement, cette réputation sulfureuse serait  à nuancer, rassure Rue89 : « ces rumeurs reposent sur une crainte masculine bien banale, celle de perdre ses précieux bijoux de famille. Une crainte alimentée par la taille parfois spectaculaire du poisson Pacu qui peut mesurer jusqu’à un mètre ».

La Seine prochain Amazone ?

« Sous le pont Mirabeau coule la Seine« … et nagent des espèces menaçantes ! Poissons dévoreur de testicules mais aussi un python royal de 3m ou des silures d’1m70 y ont été retrouvés. Cependant, il ne faut pas y voir une transformation de notre fleuve en Amazone européen.  Les brigades fluviales ont apaisé les craintes en précisant qu’« il s’agit souvent de nouveaux animaux de compagnie qui ont grandi et que les propriétaires inconscients et débordés abandonnent en Seine quand ils ne savent plus les maîtriser ».

Rien d’alarmant donc, mais tout de même, on y pensera à deux fois avant de se tremper les pieds dans la Seine.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Après un an passé en Irlande où elle obtient son bac à lauréat, elle revient en France où elle suit une année de lettres modernes à la faculté de Bordeaux. Depuis 2011 elle suit une formation de journaliste à Paris.