Que peut-on voir dans les yeux d’une ourse ?

700px Ourse tolosa slovene copyright michel tonelli museum de toulouseUne ourse sauvage équipée d’une caméra non seulement c’est une première… mais les images sont inédites évidemment et forcément fascinantes ! A ne pas manquer !

ENV 13 05

Version écrite de la chronique, collaboration Nathalie Cayzac

Cette première mondiale sur un ours brun Européen a impliqué de nombreuses personnes dont Henri Cap, zoologue du Muséum de Toulouse à l’initiative du projet, et Michel Tonelli, cinéaste animalier de la société Blizzard Productions qui a permis sa réalisation. Le but : faire mieux connaître les comportements de l’ours en se mettant vraiment à sa place, ce qui constitue le rêve de beaucoup

L’originalité de cette opération par rapport à d’autres réalisées sur le Grizzly en Amérique du Nord ce sont la longueur des séquences enregistrées

5 minutes par heure, de 7 h à 18 h, pendant 20 jours: c’est énorme ! Deux ans de travail ont été nécessaires pour que ce projet puisse se finaliser au mois d’octobre 2013 en Slovénie. Une fois capturée et équipée de la mini caméra, Tolosa, la jeune femelle ourse a offert des images d’un intérêt évident pour la communauté scientifique mais aussi pour le grand public, lui permettant de se mettre véritablement dans la peau d’un ours, comme s’il pouvait voir par ses yeux et se mouvoir comme lui. La chute du collier-caméra, programmée à l’avance, est intervenue un mois plus tard, Madame Ourse a repris sa vie… sans témoin ! Et nous avons récupéré les images.

Et qu’est-ce qu’on voit dans les yeux d’une ourse ?

On la voit vivre tout simplement : choisir son menu, elle adore le hêtre, les feuilles mais surtout les faines ; les baies de sorbier blanc aussi, mais elle ne rejette pas non plus les nids de guêpes, les nymphes de fourmis ou les larves de coléoptères. On l’a vue jouer, on le suppose, avec le vide en se mettant en équilibre au-dessus de falaises, faire une sieste avant d’attaquer des balades nocturnes qui peuvent atteindre 10 à 12 kms… Une vie d’ours, quoi ! On peut la voir en ce moment au muséum d’histoire naturelle de Toulouse, en presque live et sur le site museum.toulouse.fr.

La chronique « Quelle Époque Éthique » de Yolaine de la Bigne sur ce sujet a été diffusée mardi 13 mai 2014 sur Europe 1. Retrouvez chaque jour sur Néoplanète ses chroniques « Bonne Nouvelle » et « Quelle Époque Éthique », enrichies de photos, de vidéos et de liens Internet.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.