Orangina a la tête en bas

Qui a dit réduction des émissions de gaz à effet de serre? Développement durable? Changement climatique ? Inconnus au bataillon pour Orangina qui s’autorise toutes les extravagances pour sa soirée Gliss & Mix. Au Grand Palais, à Paris, le monde continue décidément de marcher sur sa tête.

Quand le marketing est roi, on peut atteindre des combles de démesure. Et tant pis pour la planète. Le 24 avril prochain, Orangina propose au public une soirée Gliss & Mix au Grand Palais. A cette occasion, une piste de ski de 25 mètres de long sera intégrée au célèbre monument, accompagnée de deux bassins de wakeboard. Un sport qui consiste à glisser sur l’eau à l’aide d’une planche tractée par un bateau à moteur, petit et puissant. Des tonnes de neige sur la piste, qui vont devoir résister au feu du dance floor géant, sans doute à grand renfort de systèmes frigorifiques.

Réchauffement climatique ? Connaît pas !

Orangina semble avoir bien reçu le message de l’échec de Copenhague et fait dans la démesure. “Nous poussons l’éclectisme à l’extrême pour rassembler le plus de jeunes et leur donner des émotions différentes”, déclare Hugues Pietrini, directeur marketing de la marque de soda, lors d’une interview éditée dans la lettre information du Grand Palais.

Choqués ou blasés ?

En novembre dernier, le Grand Palais se transformait déjà en skate park pour la marque de sport de glisse QuickSilver. Dans un mois, 5 000 jeunes sont attendus à l’événement signé Orangina, un des plus extravagants jamais conçus. Paris-Plage se prépare à dégainer, du 20 juillet au 20 août, ses palmiers et ses 2000 tonnes de sable dans la capitale.  Ces extravagances vous paraissent-elles choquantes ? Êtes-vous heureux de bénéficier de ces installations en ville ? Ou préférez-vous aller chercher la mer et la montage là où elles sont ?

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone