Voir la vie en rose, c’est génétique

smilleySi nous étions tous dépressifs, cela ferait bien longtemps que l’on aurait disparu ! Car sachez-le : l’homme est naturellement optimiste. C’est ce qu’affirme une nouvelle science, la « science de l’optimisme ».

Etre positif, c’est un besoin vital ancré dans nos gênes, et qui nous permet de survivre. Voilà le postulat de la « science de l’optimisme », une discipline qui mélange la neurologie, la psychologie, l’épidémiologie, la sociologie et l’anthropologie.

Quelle bonne nouvelle dans notre société championne de la grogne ! Mais si vous êtes plutôt ronchon, sachez qu’être optimiste s’apprend. Une info bien utile pour les écolos qui parfois voient tout en noir. Le magazine Clés érige même quelques règles d’or : « vigilance, curiosité, capacité à rebondir et altruisme. » Voici nos conseils.

 

Pour avoir la « Happy Face » :

  • Luttez contre la facilité qui est de s’apitoyer, et utilisez votre faculté à surmonter. Comme le disait Winston Churchill, « un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté. »
  • Relativisez vos échecs. Au lieu de dire « J’ai échoué, je suis un bon à rien », dites-vous «  Je ferai mieux la prochaine fois. » La plupart des grands hommes ont su braver l’adversité : l’exil de Voltaire lui a permis de publier des livres à succès, Nelson Mandela a été emprisonné 20 ans puis est devenu président d’Afrique du Sud…
  • Voyez le bon dans le mauvais. C’est le principe de la « Psychologie positive » initiée par Martin Seligman.

 

En page suivante : certains facteurs naturels nous aident-ils à voir le bon côté des choses ?

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Après un an passé en Irlande où elle obtient son bac à lauréat, elle revient en France où elle suit une année de lettres modernes à la faculté de Bordeaux. Depuis 2011 elle suit une formation de journaliste à Paris.