On a testé le mini compost d’intérieur

Mes collaborateurs le savent. Je n’ai absolument pas la main verte et, avec moi, aucune plante n’arrive à survivre plus d’une semaine. Soit je les noie d’eau, soit je ne leur en mets pas assez. C’est donc tout légitimement et à l’unanimité que m’est revenue la mission de m’initier au composteur d’intérieur, plus communément appelé lombricompostage. Qui sait, le jardinier en herbe qui sommeille au très profond de moi allait peut-être se réveiller.


La Moulibox est une boite en fer comprenant un sachet de terreau 100% naturel utilisé en agriculture biologique, contenant 150 vers, adaptée aux écolos urbains qui ne disposent ni d’un jardin et ni d’un balcon. Cocorico : sa conception et sa fabrication sont françaises. Le manuel d’utilisation (lui-même consommable par les vers de terre) explique son fonctionnement fort simple et surtout son intérêt pédagogique : recycler tout en s’amusant. Et bien amusons-nous ! Produisons, en petites quantités, un excellent compost. Je pourrais ainsi dire «c’est moi qui l’ai fait ! »

La première manipulation est très élémentaire. Déverser le contenu du sachet dans la boite et  donner à manger à ceux qui allaient devenir  pour de nombreuses semaines « mes amis de compagnie ».

Les lombrics étant végétariens, ils ne mangent pas tout et n’importe quoi. Ils adorent les fruits et les légumes crus ou cuits (fraises, avocats, pommes, tomates, salade, poires, pêches, concombres, brocolis) ainsi que le riz, les pâtes, le marc de café et les sachets de thé. Tout le reste est à oublier.

Comme ils mangent lentement, une ration hebdomadaire est suffisante et non contraignante. Je ne pouvais pas espérer mieux.

Pendant 4 mois, ma mission  n’aura donc consisté qu’à les nourrir de petites quantités de déchets organiques ménagers (environ 10kg par an), à veiller à ce que leur terre reste humide, à m’esclaffer de fierté quand la colonie s’agrandissait et à libérer les plus gros vers pour leur faire faire de la place.

Au bout des 16 semaines, l’étape tant attendue de la migration est arrivée.

Suivant à la lettre les indications du manuel, c’est avec délicatesse que je rassemblais sur un côté de la boite la terre avec les lombrics et que je remettais sur la partie libérée un nouveau terreau avec de la nourriture pour faire migrer mes petits amis.

Quant au  lombricompost récupéré, je le déposais, avec une satisfaction non dissimulée à mes collègues, au pied de notre vigne centenaire, pour lui redonner force. Yes yes yes, je l’avais fait ! J’avais produit mon premier compost, avec une facilité déconcertante.

Même si la Moulibox est davantage un outil pédagogique pour sensibiliser les enfants aux atouts du compostage, elle est utilisable par tous. J’avoue que je me suis prise au jeu avec plaisir et que les lombrics m’étaient devenus familiers et non repoussants.

Et puis surtout, j’avais fait à travers un geste simple, un pas de plus en faveur de la planète.

  • Prix : 35€ pour la version originale, 40€ pour la Moulibox parrainée par Sea Shepherd (organisation de conservation de la faune et de la flore).
  • Plus d’infos sur  : www.moulibox.fr

Illustration de Christophe Besse.


Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Assistante de Yolaine de la Bigne et assistante de rédaction. Une expérience de 20 ans dans la presse et les relations publiques, attachée de presse d’artistes et d’événements prestigieux. Rédactrice en chef d’une agence de presse photo, rédactrice en chef Adjointe pour des magazines féminins jeunes et des sites internet. Pour Néoplanète, Daphné est en charge sur le magazine et le site des thématiques beauté et enfants, des concours et s’occupe sur la web radio de la chronique Kikiconte, des histoires et contes pour enfants sur la biodiversité, la nature …