On a testé le hui chun gong

Le Jing (l’essence vitale), le Qi (souffle ou énergie vitale) et le Shen (esprit ou conscience). Voilà trois composantes essentielles du Hui Chun Gong, une pratique énergétique que j’ai testée au Centre de Culture Chinoise, dans le 10ème arrondissement de Paris. Une heure pendant laquelle alternent théorie et exercice.

Une discipline taoïste vieille de plus de 800 ans, ça impressionne au premier abord ! Surtout quand le professeur du cours n’est autre que Madame Sun Fang, la 22ème héritière dans la lignée de transmission du Hui Chun Gong. En provenance de Singapour, elle est venue faire partager son savoir, le temps d’un séjour. Le partage, une valeur fondamentale que l’on retrouve à travers la pratique du Hui Chun Gong et des enseignements mis en place par l’association Les Temps du Corps. Au 10, rue de l’Echiquier à Paris, cela fait maintenant 17 ans que l’association enseigne « l’art du mieux vivre » à travers des disciplines aussi diverses que les arts martiaux, les massages et le Hui Chun Gong.

C’est dans ce cadre que j’assiste au premier cours de l’année de Hui Chun Gong pour débutants. J’arrive tout juste à l’heure dans une petite salle où tous les pratiquants sont déjà en place. La musique indienne en marche, place à la concentration. Tout de suite, Mme Sun Fang initie une première vague de mouvements, une suite d’assouplissements réalisés avec lenteur et précision.

« De la terre vers le ciel »

Avant d’entamer la première série de mouvements, je jette un coup d’œil sur les disciples qui m’entourent. Verdict : le Hui Chun Gong est une méthode qui se pratique à tout âge.

Le cours commence à peine, j’essaie de suivre le tempo. Certes les gestes sont lents, mais tous doivent être réalisés de manière souple et efficace. Autant vous dire que je ne suis pas à l’aise au départ. Dans les fondements du Hui Chun Gong, l’unité des mouvements est essentielle. De haut en bas, de bas en haut, de la terre vers le ciel, avec une respiration profonde et abdominale, on élabore différentes figures. On sollicite les épaules, les cervicales, la colonne vertébrale, tout en restant debout.

Toujours en coordonnant nos gestes, afin d’éviter les ruptures dans les enchaînements qui provoquent une sensation de bien être au niveau spirituel. Encore faut-il les faire avec fluidité et intensité, mais aussi bien connaître son corps. Le but étant de stimuler des points d’acupuncture au niveau du bassin, des orteils ou encore au dessus de la poitrine. Mais aussi de travailler les méridiens, ces canaux énergétiques qui drainent nos organes et caractérisent l’essence de la discipline.

Lien avec la nature

L’exercice le plus surprenant et le plus déroutant ? Celui du « crapaud doré ». Plus précisément, on l’appelle le « crapaud d’or s’amuse dans l’eau », traduction de l’expression chinoise « jin chan xi shui ». Pour ce faire, on fléchit les jambes, on se met en position assise, on hérisse nos orteils les uns après les autres. Puis on accomplit de la « natation » en quelque sorte. Les bras allongés, on va chercher le plus loin possible l’énergie par la force de nos membres, comme les nageurs. Mme Sun Fang utilise des termes très imagés, comme ce terme de « natation » pour mieux nous faire apprendre les figures.

Et pourquoi le crapaud ? Car il avait trois pattes au lieu de quatre, une anomalie transformée en symbole de la fortune pour les Chinois. La méthode dynamique du Hui Chun Gong met en scène 6 animaux que sont la grue, le phénix, le chat, le cerf, la tortue et le crapaud. C’est ce que nous explique Mme Sun fang, le temps d’une pause, en insistant sur les valeurs curatives du Hui Chun Gong contre les allergies notamment. Et de souligner le lien qu’entretient la discipline avec la nature. Elle nous questionne pour savoir pourquoi est-ce essentiel de pratiquer le Hui Chun Gong des animaux ? Et l’un des pratiquants répond : « pour ne pas oublier que l’homme est avant tout un animal ».

Tout cela devient de plus en plus concret en ce qui me concerne. J’ai l’esprit plus dégagé, mais toujours autant de difficultés à assimiler. Le cours se termine, il va falloir que je m’entraîne si je veux réussir à enchaîner ces mouvements la semaine prochaine. Une chose est sûre : le Hui Chun Gong s’apprend avant de ressentir « la zen attitude ».

Plus d’infos: http://www.tempsducorps.asso.fr/accueil.php
Association Les Temps du Corps, 10 rue de l’échiquier, Paris
Cours de Hui Chun Gong le lundi de 19h à 20h, le mardi de 12h30 à 13h30 (pour débutants), le mercredi de 18 à 19h (pour débutants) et le jeudi de 12h30 à 13h30: 13 euros le cours, 345 euros le forfait annuel. Stages payants organisés dans l’année.


Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone