Oméga-3, des compléments pas si riches … sauf pour ceux qui les vendent

Oméga-3, des compléments pas si riches … sauf pour ceux qui les vendentDes oméga-3, oui, mais des compléments d’acide gras oméga-3, pas la peine ! Vingt  études menées aux Etats-Unis  sur près de 70 000 patients et publiées le 12 septembre n’établissent pas de lien significatif entre la réduction du risque d’accident cardiovasculaire et la prise de compléments d’oméga-3. « Nos résultats ne justifient pas le recours aux oméga-3 dans la pratique clinique quotidienne ou comme recommandation en complément alimentaire », selon le coordonnateur des études. Une nouvelle qui pourrait bien pousser les industries agroalimentaires à modifier leurs messages publicitaires et les consommateurs à changer leur comportement.

« Quelqu’un qui consomme de l’huile de colza ou de noix, et qui mange du poisson gras deux fois par semaine, n’a besoin de rien d’autre du point de vue des oméga 3 », explique Philippe Legrand, du laboratoire de biochimie et nutrition humaine à l’Inra (Institut scientifique de recherche agronomique), au Nouvel Observateur.

Mais les acides gras sont essentiels au bon fonctionnement de notre corps puisqu’ils agissent en prévention de nombreuses maladies, comme le déclin cognitif. Cette nouvelle étude remet toutefois en cause l’argument santé qui n’a pas encore fait ses preuves, sauf « dans la prévention de la mort subite ou après infarctus du myocarde », ajoute Jean Dallongeville, directeur de recherche au sein de l’unité d’épidémiologie et santé publique de l’Institut Pasteur de Lille, au journal Le Monde.

Alors pourquoi la prise de compléments  s’est-elle banalisée ? Pour la simple et bonne raison que notre organisme n’arrive pas à synthétiser la quantité d’oméga-3 nécessaire à nos besoins quotidiens, et que « la mention « riche en oméga-3 » est devenue un argument marketing incontournable dans l’industrie agroalimentaire », explique le site de Francetvinfo . Selon Le Monde, le marché mondial des aliments et cosmétiques dits enrichis en oméga-3 « pèse 10 milliards d’euros » !

 

Dans quels aliments les oméga-3 sont-ils naturellement présents ?

  • dans l’huile de colza, de soja ou de noix
  • dans les graines de lin
  • dans les salades (comme la mâche)
  • dans les épinards
  • dans le gibier et les poissons gras

 

Pour rappel : début décembre, certaines allégations publicitaires de santé sur les étiquettes seront supprimées. La Commission européenne n’a accepté que 222 messages sur les 44 000 propositions.

A (re)lire : notre article « Alicaments : l’Europe procède à l’écrémage »

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone