Obama contre la chasse à la baleine en Islande : « Yes he can »

 Barack Obama annonçait hier que des mesures diplomatiques seraient prises à l’encontre de l’Islande pour condamner ses activités liées à la chasse à la baleine.

« Voilà qui est encourageant, a déclaré Patrick Ramage, directeur du programme global de protection des baleines du Fond international pour la protection des animaux (IFAW). L’engagement du gouvernement américain est essentiel pour soutenir les initiatives internationales de protection des baleines ».

En effet, hier, Barack Obama s’est exprimé à nouveau sur les mesures diplomatiques que les Etats-Unis étaient prêts à prendre contre l’Islande dans le cadre de sa chasse à la baleine.

Le président américain a ainsi donné son accord sur l’ensemble des six mesures recommandées en juillet dernier, par Gary Locke, son ministre du Commerce. Il s’agit d’ajuster la coopération des Etats-Unis, dans le cadre des projets arctiques, en fonction de la politique islandaise de la chasse au gros cétacé. Le gouvernement américain veut aussi s’assurer que ses délégations et responsables de l’administration souligneront les préoccupations du pays à ce sujet. Le tout, en évaluant le bien-fondé de leurs visites en Islande et en surveillant les activités de la chasse dans le pays.

« Espérons que ces événements encourageront le gouvernement islandais à rejoindre une fois pour toutes les conclusions de son propre secteur touristique, à savoir que l’observation des baleines demeure « l’utilisation » la plus lucrative que l’on puisse faire de ces animaux au XXIème siècle. Lorsque les baleines sont observées plutôt que tuées, les animaux, les hommes et les économies côtières partout dans le monde ne s’en portent que mieux », a ajouté Barack Obama.

Une initiative saluée par l’IFAW qui a invité le gouvernement américain à rester ferme à ce sujet.

Du côté islandais, on supporte mal l’ingérence des Etats-Unis. « Avant de s’en prendre aux autres, on regarde chez soi, conseille Lea Gayet, guide de montagne qui habite Reykjavik. Des populations indigènes chassent la baleine sur le territoire américain. C’est trop facile de taper sur l’Islande. Si on veut vraiment sauver la baleine, on va au Japon ou en Norvège. »

En effet, aux Etats-Unis, les populations indigènes disposent de quotas imposés par le gouvernement qui réglementent ainsi la chasse sur son territoire. «  Les Américains demandent généralement le support des Islandais lors de conférences sur la baleine pour défendre le fait qu´ils accordent un droit de chasse aux autochtones. Chez nous c´est aussi traditionnel… », explique Gestur Matthíasson, un pêcheur islandais.

Photos: FlickR/Gregonie Meyer

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Après des études de journalisme à Paris et Dublin, Julie s'est lancée comme correspondante pour des sites d'informations québécois, couvrant l'actualité française. En 2013, elle revient sur les bancs de Néoplanète, qu'elle avait déjà arpentés quelques années plus tôt. En parallèle, elle cultive son blog, consacré au voyage.