NDDL : Les gendarmes s’en vont… sous condition

L’aéroport du Grand-Ouest, prévu sur la zone de Notre-Dame-des-Landes, verra-t-il le jour ? Une avancée significative a été faite grâce au retrait des forces de l’ordre présent sur la surnommée « zone à défendre ». Un effort du gouvernement pour apaiser les récentes tensions et favoriser des négociations pacifiques.

©flikrVoilà cinquante ans que le projet d’un nouvel aéroport de Nantes est au cœur des débats.  Et pour agrémenter le tout, aucun accord avec les opposants ne semble pointer le bout de son aile. L’annonce du retrait des forces de l’ordre, formulée par le gouvernement le samedi 20 avril, redonne tout de même un peu d’espoir pour une avancée plus pacifique dans les négociations. Une décision qui fait suite aux débordements du lundi 15 avril, où trois gendarmes ont été blessés par des jets de cocktails Molotov.

Un retrait sous condition

Le repli des 150 à 200 gendarmes présents dans la  zone de construction du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes ne s’est pas fait sans contrepartie. Le préfet de Loire-Atlantique a bien fait comprendre que cet effort devait comprendre certaines conditions : l’absence d’obstacles à la circulation et accepter le passage d’experts chargés de faire les relevés scientifiques pour compléter les rapports des commissions. « On est en train de réorganiser notre dispositif, c’est-à-dire que l’on tente une configuration qui ne soit plus une présence permanente des forces de l’ordre mais des interventions au coup par coup en cas de besoin », a-t-il précisé avant de prévenir que « si on n’y arrive pas, on sera malheureusement obligés de revenir à la situation antérieure ». Pour l’heure aucune décision ne sera prise avant le mois de juin, date à laquelle la préfecture devra faire part des probables retards des travaux de construction de l’aéroport. Le feuilleton n’est donc pas prêt de s’arrêter.

Plus d’informations sur l’aéroport de Notre-Dame-Landes

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Après un passage à Paris-Normandie et au service politique de Nord Éclair, Grégoire Gantois, étudiant en journalisme à l'ISCPA, s'intéresse aujourd'hui à l'actualité écologique et environnementale à Néoplanète.