Le sexisme se combat dès la crèche !

baby's playingEt si les petites filles jouaient au bricolage tandis que les petits garçons donnaient le bain aux poupons ? N’est-ce pas désuet d’inculquer des histoires de princesses aux filles et de preux chevaliers aux garçons ? En finir avec l’éducation sexuée à l’école, c’est l’idée qu’a eu une crèche de St Ouen en Seine St Denis.

« Au début, on a été surpris, avoue Arnaud, comédien de 43 ans, au Parisien. On ne voyait pas bien ce que le sexisme avait à voir avec des petits bouts de moins de 3 ans. Et puis, on s’est rendu compte que nous-mêmes, on perpétuait les clichés. Notre Adrien était un gars, un grand, un costaud. Jamais on ne lui aurait dit : « T’es mignon… ». »

Et ainsi, le personnel de la crèche a inversé les rôles. L’idée est venue à la suite du visionnage d’une vidéo tournée à la crèche. « On pensait ne faire aucune différence, confie la puéricultrice Béatrice, et on se voyait, à l’écran, agir très distinctement avec les uns et les autres. » En effet, les professionnel(le)s complimentaient les petites filles sur leurs vêtements (« Oh, comme tu as une jolie robe ! »), et empêchaient les garçons « chevaliers forts » de pleurer.

Aujourd’hui, pendant que les filles bricolent, les garçons s’expriment dans l’atelier émotion afin de gérer joie, tristesse, colère et peur avec des masques.

 

Page suivante : la réaction de Pascaline Marey, pédopsychiatre

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Après un an passé en Irlande où elle obtient son bac à lauréat, elle revient en France où elle suit une année de lettres modernes à la faculté de Bordeaux. Depuis 2011 elle suit une formation de journaliste à Paris.