Nicolas parle arabe… aussi !

COUV PN arabe[1]Son auteur est mort en 1977, mais le petit Nicolas fait toujours parler de lui avec une nouvelle parution aujourd’hui !

Le-petit-Nicolas-fait-sa-rentree-

 

 

 

Version écrite de la chronique, collaboration : Nathalie Cayzac

C’est l’un des plus célèbres fils imaginaires de René Goscinny, aux côtés d’Astérix et de Lucky Luke, excusez du peu ! Et après avoir publié les derniers inédits, la société Imav Editions a décidé de traduire les aventures du célèbre petit garçon bien de chez nous dans les 75 « langues de France » comprenez Thomas, les différentes langues parlées dans notre beau pays ! Et après le corse et le yiddish, voici venu le temps pour le Petit Nicolas de kiffer l’arabe!

C’est étonnant ce Petit Nicolas si franchouillard qui fait toujours un tabac !

500 000 exemplaires du petit Nicolas se sont vendus en 2012, nous dit le Parisien Magazine, un vrai succès ! Et les éditeurs ne comptent pas en rester là avec ces traductions. La version en arabe, sort aujourd’hui est en arabe maghrébin , langue parlée par 4 millions de personnes aujourd’hui en France et non pas en arabe littéraire.

Ce sont des langues dialectales, différentes selon les pays où on les parle, Algérie, Maroc, ou Tunisie

Elles appartiennent à la même famille mais il y a l’arabe dit classique qu’on apprend à l’école, et l’arabe qu’on parle à la maison ! La chercheuse Dominique Caubet qui a supervisé la traduction de ce Petit Nicolas a réglé le problème : 3 histoires en arabe marocain, 3 en arabe tunisien, et 3 en algérien. Plus étonnant, pour s’adapter aux plus grand nombre et surtout à la nouvelle génération nourrie aux SMS et autres réseaux sociaux, ce livre inaugure une nouvelle façon de transcrire l’arabe avec non pas les caractères arabes mais avec l’alphabet latin, bref un jolie initiative pour allier nos deux cultures.

Un p’tit kawa pour kiffer ça !?

La chronique « Bonne Nouvelle » de Yolaine de la Bigne sur ce sujet a été diffusée ce jeudi 3 octobre 2013 sur Europe 1. Retrouvez chaque jour sur Néoplanète ses chroniques « Bonne Nouvelle » et « Environnement », enrichies de photos, de vidéos et de liens Internet.

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.