COP21 :

New York : 7 bonnes nouvelles pour le climat, à confirmer !

La Fondation Nicolas Hulot salue des avancées qui pourraient être déterminantes pour la réussite de l’accord de Paris. Les engagements pris à New York devront être tenus et certains, comme les 4 milliards d’euros annoncés par la France, sont à préciser. La FNH en attend les détails.

new-york-668616_640

Sur les financements climat et le prix du carbone :

  1. Le nouvel accord Chine/États-Unis avec la généralisation d’un prix du carbone en Chine avec un système de marché des quotas qui plafonnera les émissions de certains secteurs industriels ainsi que l’engagement Chinois de consacrer 2,8 milliards d’euros pour aider les pays en développement. On mesure le chemin parcouru en un an depuis leur premier accord sur le climat.
  2. L’engagement du Royaume-Uni d’augmenter de 50% son effort total pour le climat en mobilisant 5,9 Mds de livres sur 2016 à 2021. Positif bien que cela soit pris sur des budgets existants et non additionnels.
  3. L’annonce par la France d’une grande réforme de l’aide publique au développement et d’un effort supplémentaire pour l’augmenter de + 4 milliards d’€/an à l’horizon 2020 alors que son budget était régulièrement victime des coupes budgétaires ces dernières années. Nous attendons plus de détails pour analyser cet engagement important. Nous demandons toujours qu’au moins 2 milliards d’€/an supplémentaires soient consacrés à des projets liés directement au climat, en priorité à l’adaptation dans les pays les moins avancés. Par ailleurs nous attendons aussi la confirmation et les détails d’un rapprochement réel entre l’AFD et la Caisse des Dépôts qui permettrait de démultiplier les moyens de l’agence de développement française.
  4. L’annonce d’une TTF à 11 pays européens opérationnelle dès début 2017.

 

Sur les engagements de réduction :

  1. Fondation_pour_la_Nature_et_l'Homme_(logo)Le rythme des contributions s’accélère : 83 pays ont rendu leurs INDC représentant maintenant 70% des émissions mondiales (20 pays de plus en une semaine). Nous avons maintenant une vision claire. L’écart avec la trajectoire des 2 degrés reste cependant élevé.
  2. Une INDC Brésilienne beaucoup plus ambitieuse qu’attendu. Ce pays représente (3.8 % des émissions mondiales, plus de 9 teCO2/hab) s’engage en effet sur -43% émissions en 2030 par rapport à 2005. Cet engagement est d’autant plus ambitieux qu’il n’est pas conditionné à la réception de fonds internationaux,  le Brésil va même plus loin en annonçant vouloir collaborer avec les autres pays du sud, pour leur permettre eux aussi d’entamer leur transition énergétique (sans s’engager néanmoins sur un financement chiffré). Le Brésil s’est par ailleurs donné comme objectif d’avoir un mix énergétique composé à 45% d’énergies renouvelables , de restaurer 32 Mha de terres agricoles et forêts, et mettre  fin à la déforestation illégale, un engagement qu’il n’a jamais pu tenir jusqu’à présent.
  3. Le consensus qui semble se dégager à New York sur la révision à la hausse des contributions nationales avec un cycle court (5 ans)
     

Notons également l’annonce par Shell de l’arrêt de ses forages en Alaska pour des raisons économiques.

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone