Néoplanète a testé la Tesla, la voiture électrico-écolo-chic

Los Angeles. Santa Boulevard. Sous un ciel aussi bleu que ses yeux, Jeremy Snyder, le « général manager » de Tesla Motors m’a donné rendez-vous pour tester  « THE » Tesla Roader. La voiture écolo-chic » dont le landernau mécanico-journalistique parle en ce moment. Un sacré privilège. Ils sont effet plutôt rares les confrères à avoir pu monter à bord de ce petit bijou de technologie !

© Vincent Rondreux

Ce qu’il y a de bien avec la Tesla, c’est déjà qu’elle fait l’unanimité.  « Cette voiture offre des performances qui réconcilient à la fois les amateurs de bolides qui dépotent et les ardents défenseurs de l’environnement », nous confie Jeremy. Et d’ajouter non sans fierté : « La Tesla est définitivement une voiture fédératrice ». Comment en est-t-on arrivé-là ? Grâce à la volonté d’un homme, Elon Musk, un milliardaire éco-visionnaire, grand amateur d’autos rapides mais qui n’en pouvait plus de se traîner dans des voitures électriques sans répondant, sans nervosité sous le capot.
Ainsi est né  la Tesla : un bolide équipé de batteries 100 % sportives sans rejet de gaz ! De la science-fiction ? Que nenni puisqu’on vous répète qu’on l’a essayé et que nous ne sommes pas prêts d’oublier cette expérience « on the road »…

Un peu de français dans la Tesla…

La premier surprise, c’est le garage de Tesla Motors sur Santa Monica .On se croirait dans une pub pour Nespresso avec George Clooney (un des premiers à s’être offert ce bolide vert) en guest-star. Décor soigné, bureau design, appareillages high-tech et surtout pas un bruit. Si ce n’est celui du téléphone qui ne cesse de sonner. Des commandes ? Probable. La Tesla est en passe de devenir un phénomène de mode au pays d’Arnold Schwarzenegger. « Tout le monde en veut une, c’est de la folie » exulte Jeremy. Encore faut-il en avoir les moyens. L’autre surprise, c’est l’aspect du sol. Blanc et quasiment immaculé. Pas une tâche d’huile ou de graisse à l’horizon. C’est bien simple, on mangerait par terre. Et puis l’objet de toutes les convoitises dévoile ses formes.  A la fois superbe et étrange. Ce qui épate au premier coup d’œil c’est sa ligne racée. Féline. Prête à croquer l’asphalte. « Vous savez Frank, la Tesla est un peu française » me fait remarquer Jeremy. « Sa carrosserie est faite de panneaux de fibre de carbone réalisés par la société Sotira, une boîte bien de chez vous ». Alors que mon torse se gonfle de fierté nationale, une question me vient à l’esprit ? Mais quel est donc en effet ce tuyau gris qui s’encastre à l’arrière de l’ auto ? « C’est une prise électrique ! » m’explique Jeremy. « Le chargeur nous indique que les batteries sont pleines. Etes-vous prêt pour un petit tour ? ». Et comment ! Deux secondes plus tard, j’étais au volant d’une Tesla grise. Et c’est parti. Je tourne la clé de contact. La voiture démarre dans un silence de cathédrale. Pas un vrombissement. Pas la moindre pétarade. Etrange sensation pour moi qui suit encore habitué au moteur thermique.

« L’impression d’être Benoît XVI dans sa papamobile »

Dans la rue, les badauds applaudissent. J’ai l’impression d’être Benoît XVI dans sa papamobile. Mon dieu que de ferveur. Très vite, le véhicule entre sur la 405, l’une des autoroutes les plus fréquentées de la Californie du sud. Une Porsche jaune arrive à notre niveau. Cigare aux lèvres, casquette sur la tête et Ray Ban sur le nez, le conducteur me regarde comme si j’étais Moïse entrain de séparer la Mer Rouge. Un miracle quoi ! C’est alors que je reçois la bénédiction de mon co-pilote. « Vas y ! Maintenant tu peux appuyer sur le champignon ! ». Cloué contre le fauteuil et cheveux aux vents, je vois dès lors la Porsche dans mon rétroviseur. Ou plutôt devrais-je dire un confetti jaune. « Easy », me lance Jeremy : « Tesla ou pas, ici la police de Los Angeles ne fait pas de distingo. Si tu ne respectes pas la vitesse, on risque de se choper un PV ! ». Je réduis donc la vitesse. Dommage, c’était tellement bon de jouer, ne serait-ce que quelques minutes, les Lewis Hamilton écolo !

Tout ce qu’il faut savoir sur ce joujou écologique :

Qu’est-ce que la Tesla ?

Pour faire court, c’est la première voiture de sports 100 % électrique et 100 % sport fabriquée en série !  Finies les voitures écolo qui tirent la langue avec la Tesla, vous pouvez atteindre la vitesse  de 0 à 100 km/h en 3,9 secondes. La vitesse maxi est quant à elle bridée électroniquement à 200 km/h afin de ménager l’autonomie des batteries, qui se videraient à vitesse grand V aux allures supérieures…Avec ses performances, la Tesla Roadster tient la dragée haute aux Porsche et autres Ferrari. Tout ça avec un moteur qui n’a pas plus gros qu’un melon et sans émissions nocives s’il vous plaît !

La Tesla est partiellement dessinée et assemblée par Lotus sur la base d’une Elise mais le plus intéressant ce sont les batteries. En quoi sont-elles remarquables ?

La Tesla embarque pour 450 kilos de batteries lithium-ion sous la forme d’un pack compact accueillant près de 7 000 cellules. Leur recharge complète nécessite quatre heures, pour une autonomie qui atteint paraît-il les 350 kilomètres.

Où rechargez ce petit bijou de technologie ?

Sur une prise électrique à haut débit. On peut aussi recharger la voiture sur une prise classique. Mais là ça prendra toute la nuit !

N’est-ce pas un handicap ?

Non dans la mesure où Tesla va développer des stations qui permettrons aux propriétaires de ce véhicules non pas de recharger sa  batterie  mais de la remplacer. Au lieu de faire le plein d’essence, le conducteur arrivera sur une plateforme automatique qui retirera la batterie déchargée par une batterie à 100 % de son autonomie… Il faut savoir que les véhicules carburant à l’énergie fossile sont responsables aujourd’hui de plus de 40 % des émissions de gaz carboniques.  L’Etat de Californie s’est lancé dans un arsenal écolo-administratif  très contraignant pour les utilisateurs de voitures polluantes. D’ici 2012, le « Golden States »  et en particulier des villes comme San José, San Francisco et Oakland seront équipés de 250 000 prises de charges électriques en libre service. L’opération coûtera un milliard de dollars. Autant dire qu’en Californie, tous les voyants sont au vert !

Quelle est la durée de vie d’une batterie ?

Environ 500 cycles de charges complets ou 160 000 kilomètres !

Les batteries sont encore très onéreuses aujourd’hui, n’est-ce pas un frein ?

Non car les prix sont à la baisse et les performances à la hausse. Si l’on se base sur les capacités des batteries ces trente dernières années, on constate que leur capacité a augmenté de 8 % par an et leur prix baissé de 8 % sur la même période !  Et puisqu’on parle de frein, le moteur de la Tesla récupère l’énergie de freinage pour recharger les batteries. Annonce d’importance à l’occasion du Salon de Detroit : Tesla fournira ses batteries et son chargeur à la future Smart Fortwo électrique. Un millier de Smart seront ainsi gréées pour le marché américain d’ici la fin 2010 à des fins d’expérimentation en conditions réelles. Avec pour objectif de lancer la production en série de la Fortwo électrique d’ici 2012.Tesla se dit ouvert à toute négociation pour fournir sa technologie à d’autres constructeurs.

Combien coûte la Tesla aux Etats-Unis ?

Très chère. Entre 110 000 et 140 000 dollars selon les options. Mais vous pouvez déduire environ 10 000 dollars. C’est en effet ce que les pouvoirs publics reversent aux acquéreurs d’une Tesla afin d’encourager l’achat de véhicules à pollution zéro !

Reste que les notes d’électricité doivent sensiblement augmenter avec les charges de batteries ?

Oui et non. Tesla a  constaté que les propriétaires de Tesla avaient de la suite dans les idées. 15 % de leurs clients ont fait installé sur le toit de leur garage des panneaux solaires. Ainsi un panneau coutant 10 000 dollars peut faire rouler « gratuitement »  une Tesla sur une distance de 15 000 kilomètres !

Il paraît que le succès est tel que Tesla a une liste d’attente ?

Vrai ! 1300 personnes sont sur une « waiting list » mais Tesla Motors s’est engagé à les livrer avant la fin 2009 ? La Californie, c’est 21 millions de véhicules pour 33 millions d’habitants, le potentiel de Tesla Motors est donc énorme !  Dans quelques années, quand nous dirons à nos enfants que nous conduisions des véhicules polluants et bruyants, ils nous regarderons comme des extraterrestres…

A quand la Tesla en Europe ?

Tesla Motors est déjà d implanté en Europe. Il y a trois points de vente en France… Depuis quelques mois, les clients européens peuvent commander le Tesla roadster… moyennant un chèque de 99 000 euros. Le client qui signerait son chèque aujourd’hui revevrait son Roadster en septembre 2009. A terme, probablement en 2010, une berline 4 portes viendra renforcer l’offre de la marque californienne.

Reportage réalisé par Frank ROUSSEAU à Los Angeles

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Frank ROUSSEAU, grand reporter et pur produit de la mondialisation ! Elevé en partie en Afrique, au Canada, en Nouvelle Calédonie. Eduqué en France puis dans les Universités américaines, il se passionne ensuite pour l’histoire de l’art et celles de civilisations avant d’intégrer le Figaro Quotidien. Journaliste freelance, il partage désormais son temps entre l’oligopole de Los Angeles et un petit village des Yvelines…