Ne pas jouer au dur à cuire pour rester jeune

Flickr_-_cyclonebill_-_Bøf_med_pommes_frites_(1) - wikipediaOn sait que la cuisson des aliments est importante pour la santé… mais mieux cuire permettrait aussi de mieux vieillir ?

Mouve Radio web

Version écrite de la chronique, collaboration Eddy Delcher

C’est connu : il ne faut pas trop cuire les graisses, et ne parlons pas des brochettes calcinées au barbecue ! Plus nouveau, les résultats d’une étude menée de l’université de Lille II qui révèle que pour être en bonne santé, il faut moins faire chauffer tous ses aliments. Ne pas faire cuire rapidement parce qu’on est pressé, mais, au contraire, cuisiner à moins de 120 degrés permet de rester jeune plus longtemps et même de conserver une meilleure mémoire !

Pourquoi 120 degrés ?

C’est le chiffre magique car au-dessus de cette température, les protéines contenues dans les aliments se transforment en produits de glycation avancée, ou AGE, que l’on reconnait aux taches brunies qui apparaissent lors de la cuisson. Ces AGE sont des composés chimiques que notre corps ne parvient pas à éliminer totalement. Ils s’accumulent donc dans les vaisseaux du cœur, des reins, des yeux ou sur certains récepteurs des neurones. Pas de panique cependant, vous pouvez toujours vous faire plaisir à condition de ne pas trop noircir vos grillades et d’arrêter la cuisson de vos frites une fois dorées et avant qu’elles ne deviennent marrons.

Car manger doit tout de même rester un plaisir

Une bonne alimentation est même directement liée au bien-être mental et à la bonne humeur, selon une étude de la Pennsylvannia State University. Lors des tests, les personnes ayant consommé des légumes, du poisson ou des fruits étaient moins déprimées et anxieuses que celles qui mangeaient plus gras. Une alimentation trop riche et mal équilibrée prive le corps de certains nutriments essentiels au bon fonctionnement du système nerveux, ce qui cause des sautes d’humeur. Donc pour être de bon poil, il ne suffit pas d’avoir mangé un clown !

La chronique « Bonne Nouvelle » de Yolaine de la Bigne sur ce sujet a été diffusée ce jeudi 12 juin 2014 sur Europe 1. Retrouvez chaque jour sur Néoplanète ses chroniques « Bonne Nouvelle » et « Quelle Époque Éthique », enrichies de photos, de vidéos et de liens Internet.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.