Des mégots pour la planète

Un jeune PDG hongrois a lancé au Canada un programme de recyclage de mégots de cigarette au sein de son entreprise TerraCycle. Une expérience qu’il s’apprête à exporter dans plusieurs pays européens, dont la France.

©CV et GLTom Skazy est devenu un vrai spécialiste du recyclage difficile.  Il s’était déjà attaqué avec succès aux chewings-gums et aux couches usagées. Lancé au printemps dernier et désormais « succesful » aux Etats-Unis et en Espagne, le programme de son entreprise TerraCycle assure la collecte des mégots et des cendres, puis leur transformation.

Le principe est le suivant : des bénévoles récoltent les mégots, les envoient à l’antenne nationale de TerraCycle, qui prend même en charge l’affranchissement. Les mégots sont ensuite stérilisés, puis disséqués. Le papier et le tabac finissent en compost. L’acétate de cellulose utilisée dans le filtre -une matière plastique- est fondue et recyclée dans la fabrication de toutes sortes de produits à leur tour commercialisés.

2000 mégots pour un cendrier

Parmi les nouveaux produits : un cendrier par exemple, pour lequel il faut de 1.000 à 2.000 mégots. Pour un fauteuil de jardin en plastique, probablement plus de 200.000. Sachant que, selon les chiffres de l’entrepreneur, entre  1.000 et 2.000 milliards de mégots sont jetés chaque année dans le monde, le potentiel de recyclage est énorme.

Tom Szaky explique que très vite son entreprise a récupéré plus d’un million de cigarettes. Ce programme de recyclage est même en train d’essaimer en France. Il devrait également être lancé dans les prochains mois en Allemagne, en Suisse, en Autriche, en Norvège, au Danemark, en Suède, en Finlande, et peut être au Mexique. Mentionnons quand même que le projet de TerraCycle est financé par l’industrie du tabac elle-même, qui du coup est toute fière de sa bonne conduite environnementale…

Une concurrence déloyale©pencroff

Le jeune PDG n’est pas le premier à avoir eu l’idée de recycler des mégots. Les scientifiques avaient déjà observé que certains oiseaux privilégiaient les plantes aromatiques pour bâtir leur nid et profiter de leurs vertus médicinales. La nicotine, connue pour son pouvoir insecticide, qui protège notamment les champs de tabac des attaques d’insectes, serait aussi utile aux oiseaux. Selon une récente étude des chercheurs de l’Université nationale autonome de Mexico, parue dans Biology Letters, du Royal Society journal, les mégots seraient parfaits pour construire des nids des oiseaux car ils éloigneraient certains insectes parasites pouvant nuire aux petits. La nicotine agirait donc comme un répulsif naturel pour les mites, qui peuvent, comme les poux, les tiques ou les puces, contaminer les oiseaux en leur suçant le sang. On comprend mieux pourquoi les oiseaux citadins construisent de plus en plus souvent leurs nids avec nos vieilles cigarettes.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=SAnqIN6Hjl0[/youtube]

Cette chronique « Environnement » a été diffusée le lundi 4 février 2013 sur Europe 1. Retrouvez chaque jour sur Néoplanète les chroniques « Bonne Nouvelle » et « Environnement » de Yolaine de la Bigne, enrichies de photos, de vidéos et de liens internet. 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.