Les matières du futur

Des chercheurs japonais sont en train de mettre au point un tissu capable de produire de l’électricité tandis que des universitaires néerlandais et chinois viennent d’inventer un coton qui récupère l’humidité atmosphérique pour la transformer en eau lorsque la chaleur augmente.

©pixabay

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2013/02/Le-tissu-eponge-124091645.mp3|titles=Le-tissu-eponge]

Associés à l’entreprise nipponne Sphelar-Power, des chercheurs japonais planchent sur un tissu constitué de cellules photovoltaïques sphériques de 1,2 millimètres. A priori, ce tissu devrait permettre à long terme de créer par exemple, des rideaux ou des vêtements capables de générer de l’électricité. Pas impossible, donc, que l’on puisse éclairer notre salon en tirant nos rideaux ou recharger notre téléphone portable en le branchant à notre pull. Les pouvoir publics nippons ambitionnent de mettre au point des techniques de « tissage » en gros volume de cette nouvelle matière textile à horizon 2015, et de proposer ensuite de premiers objets conçus avec. Petit bémol : avant la commercialisation, l’équipe de recherche doit encore travailler sur des détails comme la bonne isolation des fils conducteurs par exemple.

Du coton capteur d’eau©alecska follow the sotory

Cette fois, des chercheurs des universités technologiques d’Eindhoven aux Pays-Bas et de Hong-Kong ont inventé un coton capable d’absorber 340% de son poids en eau dans une atmosphère humide, puis de la relâcher quand le thermomètre dépasse les 34°C. Pour cela ils ont enduit la fibre de coton avec un polymère PNIPAAm qui modifie ses propriétés. Comment ça marche ? A basse température, le coton est comme une éponge à échelle microscopique et peut absorber l’eau présente dans la brume. Mais dès que la température augmente, il devient hydrophobe. Au-dessus de 34°C, sa structure forme une couche complètement fermée. Entre les deux, il libère toute l’eau qu’il a absorbée.

Et selon les chercheurs, le cycle récupération puis relâchement de l’eau peut être reproduit plusieurs fois. C’est donc une innovation remarquable pour récupérer l’humidité nocturne dans un environnement désertique et par exemple irriguer des cultures en pleine journée.

Inspirés de cette idée, des chercheurs britanniques envisagent même d’aller plus loin. La revue Advanced Materials de février 2013 dévoile leur projet de fabriquer des tentes de camping qui recueillent l’eau la nuit et des vêtements de sport qui absorbent la transpiration.

Cette chronique « Bonne Nouvelle » a été diffusée le vendredi 22 février 2013 sur Europe 1. Retrouvez chaque jour sur Néoplanète les chroniques « Bonne Nouvelle » et « Environnement » de Yolaine de la Bigne, enrichies de photos, de vidéos et de liens internet. 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.