Marchands de rien, une expo récup’ et design

L’exposition « Marchands de rien » présente les créations originales et décalées de l’artiste Nicolas Thomas, designer qui travaille avec des objets trouvés au gré de balades à vélo sur les trottoirs parisiens. Il les nettoie, stocke, assemble et transforme pour fabriquer lampes, sièges, mobilier et autres éléments de décoration. Pour ce jeune sculpteur, que l’ attachement aux choses du quotidien pousse à redonner vie à des objets tombés dans l’oubli, la démarche poétique s’allie à la prise de conscience écologique : face à l’augmentation des déchets et à la surconsommation, le but de cette exposition est de tendre vers une prise en compte globale du cycle de vie du produit pour un jour faciliter son recyclage. Voici une sélection d’oeuvres de Nicolas Thomas à découvrir jusqu’au 8 janvier.

Lampe à poser ou à suspendre Neutrino

Cette lampe est une sphère composée de cercles en acier inox. Ils proviennent de carcasses d’abats jour et sont de différents diamètres. Ils ont été assemblés à l’aide de fil de fer galvanisé. Un trou circulaire permet le changement de l’ampoule. Cette lampe est équipée d’une ampoule à calotte réfléchissante. Cette ampoule projette l’ombre des cerclages vers le sol ou le plafond et réfléchit les cerclages déformés comme un miroir sorcière.

Lampe à poser ou à accrocher au mur Souffleur

Cette lampe a pour base un feu de position rouge de bateau. Le socle a été démonté puis modifié. Les parties métalliques ont été nettoyées de leur rouille puis repeintes en noir pour l’extérieur (comme à l’origine) et en blanc pour l’intérieur. Le verre rouge a été nettoyé. Recycle a été imprimé en lettres majuscules sur un transparent. Le transparent et deux couches de calque ont été placés derrière le verre.

Suspension Mygale

Cette suspension est composée d’un globe chromé, et de baleines de parapluie. Le globe chromé a été débarassé de son attache murale, puis complètement nettoyé. Le parapluie a été entièrement démonté, les baleines ont été modifiées et remontées à l’intérieur du globe. Le globe est équipé d’un serre fil et d’un câble électrique argenté gainé de plastique transparent. Cette lampe existe avec ou sans tutu. Vous avez peut-être vu cette suspension sur le stand de la Mygale en Tutu durant le salon Court Circuit qui se déroulait à l’espace d’animation des Blancs Manteaux, du 1 au 4 mai 2008, à Paris.

Lampe à poser ou à suspendre T134

Ces 134 gobelets jetables proviennent d’une cafétéria. Ils sont à la fois résistants à la chaleur, imputrescibles, translucides, et réfléchissants. Le personnel de la cafétéria donna son accord pour la pose d’une affichette intitulée : « Je récupère vos gobelets ». Nettoyés à l’eau de Javel ils retrouvent leur blanc d’origine. Seuls les messages amoureux gravés, les traces de dents ou de rouge à lèvres ne peuvent être réparés. Il y a donc eu des gobelets perdus. L’ampoule peut être protégée par un globe étanche pour une utilisation en extérieur.

Lampadaire directionnel Archigirafe

Cette girafe en bois, peinte en blanc tachetée de noir, n’avait plus ni cou ni tête. Elle a finalement retrouvé une utilité surmontée d’une lampe d’architecte. Le socle a été élargi et alourdi pour lui donner la stabilité nécessaire aux différentes positions de la lampe. La girafe et son socle ont été repeints en noir, puis vernis. Une pièce de liaison permet la rotation entre le corps et le cou. Elle permet aussi un démontage aisé pour faciliter le transport.

Lampe de bureau On the road again

Cette lampe est composée d’un casque de moto, d’un pied fabriqué par la S.F.O.M (societé francaise d’optique et de mécanique), de morceaux de roue de vélo, d’un étui de stylo et d’une lame d’aluminium. Le pied a été nettoyé et repeint. Le casque a été débarassé de sa garniture intérieure, sa coque en fibre de verre a été repeinte en noir à l’extérieur et en blanc à l’intérieur. Ensuite toutes les pièces ont été assemblées et la lampe électrifiée. Le réflecteur est orientable sur deux axes.

H2ACOM : 21 rue du Faubourg Saint-Denis, 75 010 Paris. Jusqu’au 8 janvier.
Plus d’infos : www.marchandsderien.com

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone