Mangerons-nous encore des avocats dans 10 ans ?

Avec ses graisses de bonne qualité, ses vitamines (A, B, C, E) et sa forte concentration de minéraux, l’avocat trône dans toutes les assiettes et verres. En smoothie, dans les salades, les gâteaux… il a depuis quelques années envahit les recettes « healthy ». Mais à quel prix ?

avocados-886948_1280
Pixabay

Ce qu’il faut savoir sur l’avocat

  • Introduit en Europe par le conquistador Cortès au XVIème siècle, l’avocat est originaire d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud. Il a longtemps été considéré comme un produit de luxe en Europe alors qu’il était surnommé « le beurre du pauvre » en Amérique.
  • Il se décline en 600 variétés pourtant le hass, originaire du Pérou, est l’avocat le plus avalé. Il pousse en Israël, en Espagne, en Afrique du Sud et au Mexique où il remplace les variétés autochtones dont le fuerte, un hybride des races guatémaltèque et mexicaine.
  • La France est le deuxième importateur après les États-Unis, la Californie étant le producteur principal du pays. Néanmoins, il a de plus en plus de mal à suivre la cadence de la demande des Américains, celle-ci ayant triplé. Sans compter que l’État doit faire face à une terrible sécheresse depuis quelques années et qui n’est pas prête de s’arrêter avec le dérèglement climatique.
  • La demande pour ce fruit a triplé en 30 ans : les forêts de pins mexicaines ont été transformées en immenses champs d’avocatiers surtout dans l’État du Michoacan, à l’Ouest de Mexico, qui assure 80% de la production nationale.
  • Le Mexique est donc le premier pays exportateur d’avocats et compte bien le rester au détriment des terres surexploitées, de la qualité de l’air (à cause de la déforestation), de la santé des agriculteurs et de la population victimes des produits agrochimiques. En effet, comme nous aimons les gros avocats, les produits chimiques sont déversés sur les arbres pour augmenter la productivité et le calibre des fruits.
  • Cet aliment est désormais hors de prix pour les populations locales. Cet « or vert » connait une telle flambée des prix que même les cartels de drogue mexicains s’y intéressent et n’hésitent pas à raser des forêts entières.

 

Que faire ?

  • Se diriger vers nos avocats français : sachez que l’on en trouve à la Réunion, aux Antilles et même en Corse ! On fait fonctionner notre économie et en plus on diminue l’empreinte carbone de notre assiette.
  • Respecter les saisons : ce fruit se consomme idéalement de septembre à mai. On évite donc d’en mettre dans les salades estivales.
  • Si vous ne trouvez pas d’avocats français et que vous avez absolument une vie pressante d’avocat, préférez-le bio. Un label a par ailleurs été créé pour identifier les cultures respectueuses de l’environnement.

 

Bon, le but n’étant quand même pas de se priver entièrement d’avocat, si vous êtes notamment vigilant sur la provenance, voici une recette extraite du livre Les recettes secrètes et gourmandes d’une végétarienne presque parfaite de la blogueuse Betty et d’Alix Lefief-Delcourt, aux éditions Leducs

Gâteau cru au chocolat

Sans titre

BETTY_Vegetariennepresqueparfaite_Couverture.indd

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.