Manger solidaire : les restaurateurs grecs y croient…et nous ?

La crise financière a ébranlé les fondements de la société grecque. Désormais la population doit faire face à toutes sortes de problèmes : trouver un logement, un travail, ou simplement un repas. Le chacun pour soi pourrait sembler inévitable, mais ce n’est pas le cas. Dans cette épreuve, les Grecs redécouvrent l’esprit d’entraide.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le mouvement « Nous pouvons » réunit depuis quelque temps un certain nombre de restaurateurs grecs : ceux-ci ont décidé de faire quelque chose pour leurs concitoyens. Désormais, ils ne jettent plus leurs restes, ils les redistribuent. Les organisateurs du projet sont eux-mêmes surpris par son succès, et émus de voir la générosité dont font preuve les propriétaires de restaurants.

Qu’en est-il en France ?

Si nous ne sommes pas dans la situation extrême où se trouve la Grèce, nous ne pouvons cependant pas nier que bon nombre de gens n’ont pas les moyens de manger à leur faim. Les restaurateurs et responsables de supermarchés français sont-ils, eux aussi, prêts à être solidaires ?

Les lois sur l’hygiène alimentaire rendent l’entraide difficile. Certains choisissent de mettre des restes de nourriture et invendus dehors à l’intention des sans-abris, ou de fermer les yeux sur ceux qui viennent fouiller leurs poubelles une fois la nuit tombée. Mais ça n’est pas le cas de tous : les histoires de poubelles cadenassées ou de restes aspergés d’eau de javel sont bien connues de tous.

 

 

 

 

 

 

Autre solution, plus organisée : les restaurants solidaires et les épiceries sociales, qui proposent des aliments très bon marché. Ils reçoivent des produits des chaînes de supermarché via la Banque alimentaire et les revendent à des prix cassés.

Mais n’oublions pas que chacun d’entre nous peut aussi aider, en faisant par exemple un don aux Restos du Cœur.

 

© Photos : csuspect/Flickr-bpamerica/Flickr

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone