Malédiction ou miracle énergétique : un documentaire choc sur les gaz de schiste

©desfilhesjmCe soir à partir de 20h50, Arte consacre sa soirée aux gaz de schiste. La chaîne diffusera d’abord un documentaire de Lech Kowalski de 2009 intitulé « La malédiction du gaz de schiste », qui sera suivi d’un débat auquel participera notamment le député européen José Bové.

Lech Kowalski met à jour le fossé qui existe entre le discours des industriels et la réalité de l’exploitation du gaz de schiste et ses conséquences environnementales comme humaines. Le réalisateur polonais met en scène le combat quotidien d’agriculteurs polonais, en guerre contre Chevron. Un combat qui n’est pas sans rappeler celui du Larzac dans les années 70. Deuxième compagnie pétrolière américaine, Chevron a commencé dès 2009 à prospecter pour extraire du gaz de schiste dans la région. Le gouvernement polonais investit massivement dans cette énergie afin de réduire sa dépendance au charbon et à la société russe Gazprom, premier exportateur de gaz au monde.

Des souffrances quotidiennes

Murs de fermes fissurés, bulldozers envahissant les champs à quelques dizaines de mètres des habitations, avec ou sans autorisation, pollution des eaux … le spectacle de l’exploitation du gaz de schiste en Pologne orientale est éloquent.

On comprend l’inquiétude de ces agriculteurs polonais à qui Chevron ne donne que des explications fantaisistes. Dans une séquence, les agriculteurs questionnent les salariés de Chevron à propos des produits chimiques. Ceux-ci leur répondent que les produits qu’ils utilisent ne sont que des additifs de l’industrie alimentaire et cosmétique, ou encore du sel ou du jus de citron.

On sait que, pour extraire le gaz de schiste, on utilise la technique de la fracturation hydraulique, qui fait appel à des produits chimiques toxiques voire cancérigènes et consomme de grandes quantités d’eau.©Ownipics

Les Etats-Unis, nouvelle Arabie Saoudite ?

La situation de la pré-exploitation des gaz de schiste filmée en Pologne il y a plus de quatre ans par Kowalski n’a rien d’anecdotique. Elle témoigne d’un phénomène qui risque de constituer une menace planétaire. Alors qu’il faudrait réduire la consommation de produits pétroliers pour lutter contre le changement climatique, on assiste à une ruée sur les gaz de schiste. Les Etats-Unis sont en première ligne.

Elu en 2008 avec un modeste programme de lutte contre le changement climatique basé sur le développement des énergies renouvelables, Barack Obama a finalement laissé se développer toutes les énergies disponibles. Du coup, le gaz de schiste représente aujourd’hui 34% du gaz naturel produit aux Etats-Unis, contre 2% en 2005. Et cette nouvelle manne a déjà créé 600 000 emplois directs, sans compter les emplois indirects.

Bradford County est au gaz de schiste ce que l’Arabie Saoudite est au pétrole.

Mais on est bien loin de l’image d’une « énergie non conventionnelle » propre et facile à exploiter que voudraient donner les industriels. Revers de la médaille dans ce petit comté de Pennsylvanie, on découvre des paysages dévastés et la détresse physique et psychologique des habitants. Dans cette région où, depuis 2007, des milliers de puits ont été creusés, les agriculteurs vivent dans une zone sinistrée. Des tâches anormales sont apparues sur la peau des vaches. Une jeune fille a souffert de diarrhées sanglantes et de violentes douleurs à l’estomac dès le début des recherches. Comme en Pologne, les paysans exhibent des flacons d’eau du robinet saumâtre devenue non potable.

Et en France ?

Le documentaire n’évoque pas le cas de la France. Mais rappelons que depuis la loi de juin 2011, l’exploitation du gaz de schiste est interdite en France, ce qui a été confirmé par François Hollande même si le rapport Gallois a jugé qu’il ne faut pas faire l’impasse sur cette énergie. Ouvert il y a quelques jours, le débat national sur la transition énergétique se déroulera dans toute la France jusqu’en juillet 2013 et conduira à un projet de loi de programmation en octobre. Le débat ne pourra faire l’impasse sur la question des gaz de schiste.

 

La projection du film sera suivie d’un débat et d’un chat en direct avec les invités. Outre José Bové, député européen (EELV) très engagé dans le combat contre l’exploitation des gaz de schiste, le journaliste du Monde Hervé Kempf (www.reporterre.net/) et le député allemand (CDU) Michael Paul, partisan de l’exploitation des gaz de schiste dans son pays, participeront au débat.

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yves Leers

Journaliste spécialisé dans les questions d’environnement (AFP), conseil en développement durable (L’Atelier du climat), ex responsable de la communication et de l’information de l’ADEME.