Des machines à pluie à Tokyo, pour lutter contre la sécheresse

Tokyo_odaibaAlors que chez nous, on s’est plaint du mauvais temps tout juillet, les japonais, eux, souffrent de la sécheresse et mettent en place leurs antiques machines à pluie. Le point sur cette technologie qui date de cinquante ans.

L-immeuble-aux-algues-124295557(1)

Version écrite de la chronique

Depuis début juillet les habitants de Tokyo, les Tokyoïtes, subissent des températures estivales extrêmement élevées. Il pleut si peu sur le pays du soleil levant, que des fonctionnaires japonais ont été obligés de ressortir deux machines à pluie, vieilles d’un demi-siècle. Les derniers mois ont été tellement secs, que la capacité d’approvisionnement en eau de la ville est descendue à 60%. Pour y remédier, les autorités tokoyoïtes ont demandé de l’aide à leurs citoyens. Rien de très original, des gestes simples pour économiser l’eau. Malheureusement ça n’a pas suffit. Jeudi dernier, le Bureau des eaux décidait d’utiliser ces fameuses machines à pluies.

Mais ça consiste en quoi au juste une machine à pluie ?

Ce n’est pas une nouveauté scientifique et le fonctionnement est plutôt simple. Les machines envoient très haut dans le ciel un grand panache d’iode d’argent, qui est un composé hautement insoluble dans l’eau. Une de ses propriétés est justement de transformer la vapeur d’eau en pluie. Le principe est appelé ensemencement des nuages. Le but est de provoquer une condensation autour des sels d’iodure d’argent. Le poids des grosses gouttes d’eau qui se forment, alourdissent les nuages et enclenche la pluie.

Et ça marche ?

Deux heures après l’utilisation des machines à pluies, presque 17,5 millimètres de pluie sont tombés. Le gérant de l’opération ne se prononce pas encore sur l’efficacité de ces machines sur les précipitations. Il y a quand même de fortes chances que cela fonctionne bien et il dit « se plaire à croire que le processus a été efficace ». Tokyo n’est pas la seule ville du pays à souffrir de températures suffocantes. Tout le sud, le centre et l’ouest du Japon est concerné. Là bas, les températures peuvent dépasser les 40° à l’ombre. Alors que pensez-vous d’une petite danse de la pluie pour les aider ?

La chronique « Environnement » de Yolaine de la Bigne sur ce sujet a été diffusée ce jeudi 29 août 2013 sur Europe 1. Retrouvez chaque jour sur Néoplanète ses chroniques « Bonne Nouvelle » et « Environnement », enrichies de photos, de vidéos et de liens internet.

 

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.