Ma liste de courses de Noël

Inquiet à l’idée de ne pas consommer responsable pendant les fêtes ? Néoplanète a étudié tous les incontournables de Noël et vous propose des conseils, idées, et recettes pour vous guider dans vos achats. Une liste non-exhaustive à emporter avec vous !

Par Delphine Rabasté, Sarah Sabsibo et Emilie Villeneuve

 

Mes produits de la mer

Le saumon

C’est devenu l’espèce de poisson la plus consommée en France et l’une des plus menacées. Il faut environ 4 kg de poissons sauvages pour produire 1 kg de saumon d’élevage.

On aime :

  • Des saumons sauvages du Pacifique Nord (Alaska) et écolabellisés MSC ou du saumon Atlantique Label Rouge. Le bio ? Il en existe mais la production reste faible.

On n’aime pas :

  • Le saumon issu de la pêche intensive, qui provient essentiellement d’élevages : Norvège, Ecosse, Irlande, Chili.

 

Les coquilles St-Jacques

La France enregistre le record mondial de consommation de pectinidés (coquilles Saint-Jacques, pétoncles) avec 2,5 kg par habitant et par an. La saison commence le 1er octobre et se termine le 15 mai.

On aime :

  • Les coquilles qui viennent de la Manche Est, Manche Ouest et de petits gisements de la façade Atlantique, où les stocks sont très surveillés. La production y est saisonnière (d’octobre à mai). Dates de pêche, tailles minimales, licence… tout est encadré.
  • Les coquilles St Jacques de Normandie. Cette région a été la première à avoir obtenue obtenu deux labels rouges pour le coquillage Pecten maximus.
  • Les coquilles Zygochlamys patagonica d’Argentine, issues d’une pêcherie écolabellisée MSC.

On aime moins :

  • La capture à la drague, une armature métallique très lourde qui racle le fond et abîme l’environnement sous-marin, utilisée en France. En Ecosse aussi cette technique est employée et ce, tout le long de l’année.


Le tourteau

Les Français sont les plus gros mangeurs d’Europe avec plus de 300 grammes par an ! Pour le WWF, la consommation du tourteau est « à privilégier ».

On aime :

  • La taille minimale des captures qui assure que ces animaux sont matures lors de leur vente.
  • Les crabes dits clairs ou blancs (qui viennent de muer), interdits au débarquement. Certains échappent à la règlementation, évitez donc ces animaux dits mous.
  • Les tourteaux, souvent capturés dans des casiers appâtés, ce qui limite les prises.

On aime moins :

  • Les stocks britanniques et irlandais, qui sont surexploités. Chaque année, la France importe 10 000 tonnes de tourteaux de ces îles et de Norvège.
  • Le paradoxe : la production française n’est pas suffisante pour notre consommation, mais l’Hexagone exporte des tourteaux vers l’Italie, l’Espagne et le Portugal !

 

Le homard

Cet animal nocturne se pêche surtout de fin mai à fin août-début septembre. La pêche s’effectue sur des fonds rocheux entrecoupés de zones de sable. Le homard vit en effet sur des fonds sableux qui servent de garde manger et d’abri.

On aime :

  • Le homard européen, appelé « homard bleu », et le homard américain du golfe du Maine et de Saint-Georges Bank.
  • Les prises au chalut et au filet qui restent faibles. Le homard est surtout pêché au casier appâté.

On aime moins :

  • Les stocks du homard canadien (Ils de la Madeleine, Gaspésie, Nouveau Brunswick), intensivement exploités.
  • La vente de homards grainés (femelles qui portent des œufs).
  • La pêche dirigée dont fait objet le homard en saison, qui engendre des prises non ciblées de tourteau ou d’araignée.

 

Source : Guide des espèces Seafood choices Alliance (www.allianceproduitsdelamer.org)

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone