Toute la lumière sur les impacts de l’éclairage

yellow-34547_640Dans le cadre des « débats du Collège santé de l’Association Française de l’Eclairage (AFE), se tiendra le 19 mai prochain, à Paris, une conférence sur les effets biologiques de la lumière sur l’homme.

Le collège santé de l’AFE s’est fixé pour objectif « d’accompagner l’évolution technologique autour de l’éclairage en regard de l’humain dans son bien-être, son épanouissement environnemental et social, son accessibilité au déplacement en ambiance de basse luminance naturelle, la répercussion sur sa vision et sa santé ».

Le rôle central de la lumière dans le bon développement notre organisme (stimulation de la synthèse de vitamine D, de dopamine, etc.) ou, au contraire, dans la mise en place de pathologies est très peu connu du public. Afin de remédier à ce déficit d’information, la série de conférences qui prendra place à l’Epace Hamelin (Paris 16e) le 19 mai prochain verra se succéder de nombreux spécialistes autour de cette thématique.
Equipe_AFE

Programme et intervenants

14 h 00 : Accueil
– Introduction par Christian Corbé, Président du Collège Santé
Président d’honneur de l’AFE, Professeur d’ophtalmologie et de Physiopathologie sensorielle aéronautique et spatiale
– L’éblouissement : gêne, handicap ou protection ?
Professeur Michel Maille, ophtalmologiste et Professeur agrégé du Val-de-Grâce, spécialisé en physiopathologie sensorielle aérospatiale
– Lumière et développement chez l’enfant
Docteur Christophe Orssaud, PH Temps plein, Responsable de l’Unité Fonctionnelle d’Ophtalmologie aux Hôpitaux Universitaires Paris-Ouest (HEGP HUPO AP-HP)
– Lumière et âge
Professeur Françoise Forette, Professeur des Universités (CHU Cochin, Université Paris Descartes et Directrice d’ILC-France (International Longevity Center-France)
– Maintien des capacités fonctionnelles aux hautes luminances
Anne-Catherine Scherlen, Ph’D, R&D Optique Monde, Essilor International, Paris
– La lumière et sa modélisation
Bernard Duval, Président de la commission X90X « Lumière et éclairage » de l’AFNOR et est membre du Comité d’Expertise de l’AFE
– Conclusion Michel Francony, Président de l’Association française de l’éclairage

17 h 00 : fin de la conférence

Logo_AFEQuelques données et chiffres clés

Parmi les pathologies liées à une mauvaise exposition à la lumière, certaines présentent une augmentation alarmante. Les enfants sont les plus touchés, mais toute la population est concernée.

La myopie précoce ou aggravée
La myopie gagne de plus en plus de terrain dans les pays industrialisés. Elle peut toucher jusqu’à 40 % de la population générale (contre seulement 20 % il y a 10 ans) et 30 % des enfants en France. Depuis deux ans, les professionnels de la vision lancent un signal d’alarme sur la myopie des enfants. En cause : le déficit de lumière.

Le rachitisme
Si l’on croyait la maladie quasiment éradiquée dans les pays du Nord, elle revient en force. Cette affection touche fréquemment les personnes confinées à l’intérieur pendant de longues périodes de temps à cause de leur âge (enfants et personnes âgées), d’une invalidité ou de maladies. Les peaux foncées habitant dans les pays du Nord sont également concernées.

Le déficit en vitamine D
Plus de 80 % des français âgés de 18 à 74 ans souffrent d’une insuffisance en vitamine D2.

L’ostéoporose
Fréquente chez les personnes âgées de plus de 60 ans, la maladie peut apparaître chez les enfants. C’est aussi un enjeu majeur de santé publique, puisqu’on évalue à 205 millions le nombre de personnes atteintes de cette pathologie dans le monde. La lumière joue un rôle essentiel dans la prévention et le contrôle de cette pathologie, surtout chez les enfants. Chez les adultes, une femme sur trois et un homme sur cinq subira une fracture ostéoporotique après 50 ans.

A ces trois affections, une quatrième vient s’ajouter, touchant toute la population à partir de 45 ans : l’éblouissement. Ce dernier, protecteur ou agressif, peut jouer un rôle clé dans la relation lumière/développement et sur les pathologies qui y sont liées.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

A l'issue de sa prépa bio au Lycée Chaptal, à Paris, Arnaud intègre l’Ecole Nationale Supérieure Agronomique de Toulouse (ENSAT). Avant de rejoindre Néoplanète, il a fait ses premières armes de journaliste à Ça m’intéresse et Science&Vie Junior.