L´UE restreint l´expérimentation sur les animaux

Ce mois de septembre est un triomphe pour les animaux ! L´Union Européen a dit « basta » à leur souffrance pour des recherches scientifiques. Encore mieux : l´utilisation des animaux dans l´industrie cosmétique sera définitivement interdit à partir de 2013.

Les vingt-sept pays de l´UE ont deux ans pour s´adapter à la nouvelle règlementation par rapport aux recherches scientifiques. Des normes plus strictes vont réguler l´expérimentation sur les animaux et promouvoir des méthodes alternatives. L´objectif ? Réduire l´utilisation des animaux dans de laboratoires. Désormais les tests sur les animaux seront juste autorisés dans la recherche basique ou appliquée aux maladies, et pour des produits pharmaceutiques, de l´alimentation ou pour l´enseignement supérieure.

Par rapport à l´industrie cosmétique, depuis 2009, l´expérimentation sur les animaux est interdite, sauf en ce qui concerne les tests de toxicité. L´interdiction totale interviendra en mars 2013.

L´avenir dans les laboratoires

La nouvelle directive européenne limite les recherches avec les grands primates et interdit les tests avec des animaux sauvages. L´usage des animaux sera réduit au « minimum » nécessaire et seulement pour les tests où la souffrance sera considérée comme la plus basse.

Les autorités nationales seront obligées d´évaluer l´impact des tests sur le bien-être animal avant de les autoriser et de développer des inspections dans les laboratoires pour garantir le bon fonctionnement. La directive prévoit aussi une classification sur la souffrance animale.

La controverse

La Fondation 30 Millions d´Amis considère la nouvelle directive européenne comme une « écran de fumée » qui ne va pas améliorer les conditions des animaux dans les laboratoires. Pourquoi une telle posture ? Principalement parce que la Fondation considère que cette norme permet de réutiliser plusieurs fois les animaux si la douleur est considérée comme faible ou modérée. Elle remet enfin en cause de la Clause de Sauvegarde. Ce petit point permet de déroger à la règle en évoquant des «  raisons exceptionnelles et scientifiquement justifiables » et en avertissant la Commission Européenne au préalable.

Néoplanète vous rappelle qu´actuellement 12 millions d´animaux sont utilisés dans les laboratoires chaque année. Par contre, la Commission Européenne estime que pour l´instant il est difficile de quantifier le nombre d´animaux qui seront sauvés grâce aux nouvelles normes communautaires.

À lire aussi sur Néoplanète :

Dites non aux cosmétiques testés sur les animaux

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone