Luc Jacquet, l’empreinte sauvage

Luc Jacquet a également répondu présent à l’invitation de Néoplanète pour le lancement de sa webradio à Lyon. Amoureux de la nature, cinéaste, écologue… Le réalisateur du Renard et l’enfant raconte les coulisses de ses fabuleux documentaires. Avec son dernier projet, « Le Tempétarium », il nous invite également à vivre l’expérience du blizzard au pays de La Marche de l’Empereur.

 

 

 


Loin des strass et des paillettes d’Hollywood, Luc Jacquet propose un cinéma de conviction, un point de vue engagé sur l’environnement et les animaux. Un parti-pris qui fonctionne auprès du public et de la critique (il obtient l’Oscar du meilleur film documentaire en 2006). En 2010, le réalisateur crée l’association Wild-Touch, qui a pour but de soutenir financièrement des films d’environnement. Pour Néoplanète, il revient son parcours et ses méthodes de travail. Comment est-il arriver à faire « tourner » le fameux renard ? (4’30)

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2012/02/VIP-Lyon-Luc-Jacquet-1.mp3|titles=Raconter la nature]

Rare sont ceux qui ont eu la chance de poser le pied sur le continent Antarctique. Qu’à cela ne tienne, si vous n’allez pas au pôle sud, c’est le pôle sud qui viendra à vous. C’est en tout cas le projet de Luc Jacquet. « Le Tempétarium » reproduira les conditions de tempête des terres australes et initiera les néophytes à la rigueur et à la beauté du continent. L’occasion de revoir son rapport à la nature et aux grands espaces. (2’07)

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2012/02/VIP-Lyon-Luc-Jacquet-21.mp3|titles=Un tempetarium pour decouvrir l’Antarctique ]

Wild-Touch lance la réalisation d’un grand film de cinéma et d’un projet cross média, où le botaniste Francis Hallé et Luc Jacquet nous racontent l’histoire de ces derniers grands oasis forestiers de la planète. (1’36)

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2012/02/VIP-Lyon-Luc-Jacquet-3.mp3|titles=La foret primaire – 700 ans d’histoire a raconter]

Voir le prologue de C’était la forêt des pluies, version longue (8 min)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone