Yolaine sur LCI :

Loi biodiversité : tu veux ou tu veux pas ?

Vous avez manqué la nouvelle chronique de Yolaine de la Bigne sur LCI cet après-midi ? Voici les principaux points qu’il faut retenir sur le projet de loi biodiversité où les néonicotinoïdes (pesticides néfastes pour nos amies les abeilles) sont au cœur des débats… Mais pas que !

LCI 1


Loi biodiversité : tu veux ou tu veux pas ? par neoplanete-info

Version écrite :

Petit historique du projet de loi sur la biodiversité :

  • adopté en première lecture à l’Assemblée le 24 mars 2015
  • le 26 janvier, le texte modifié a été voté au Sénat , victoire !
  • Le 17 mars, l’Assemblée nationale a adopté le projet de loi en deuxième lecture
  • 2nde lecture en séance publique au Sénat jusqu’à demain
  • Le 25 mai une commission mixte entre Assemblée nationale et Sénat
  • adoption définitive est prévue avant l’été. C’est l’Assemblée qui aura le dernier mot.

 

Les points polémiques :

1. L’interdiction des néonicotinoïdes, ou néonic :

Problème :

bee-680092_960_720Ce sont des insecticides dérivés de la nicotine employés :

  • en agriculture, produits vétérinaires contre les puces, pour protéger les charpentes.
  • ils sont partout (sol, rivière, eau, alimentation…) 
  • on commence à faire des études car particulièrement dangereux pour oiseaux, vers de terre (essentiel pour les sols) et l’Homme (certains Néonic soupçonnés par EPA (Agence Protection Environnement américaine) d’être cancérigènes, d’autres étant classés en perturbateurs endocriniens, avec effet potentiels sur la thyroïde ou le système nerveux.
  • selon une étude de l’’association Générations futures de 2013, ont été décelés sur résidus de néonic : 80 % dans du thé, 45 % des courgettes, 25 % des tomates.
  • 90 % des personnes ayant participés à une étude japonaise parue en 2015 en contenaient dans leur urine !

 

Alternatives :

  • Les industriels et agriculteurs intensifs parlent de drame, chômage, etc…
  • La Confédération Paysanne, l’UNAF (Union Nationale agriculture Française) et agriculteurs bio disent que l’on peut éviter en utilisant des insectes, champignons, bactéries, filets anti-insectes…
  • L’Allemagne a interdit les néonic sur les céréales d’hiver mais pas de baisse de rendements, le pays est toujours 2ème producteur mondial.
  • Pire : selon une étude de l’INRA (pas super écolo) les néonic pourraient faire baisser le rendement des cultures qui dépendent de la pollinisation (la plupart) car disparition des pollinisateurs (abeilles) et pauvreté du sol.

 

On en est où ?

  • L’interdiction des néonic pour 2017 a été supprimée ; l’Assemblée nationale l’a donc repoussée pour 2018.
  • La semaine dernière, le Sénat l’a repoussé pour 2022.
  • Les politiques gagnent du temps pour ne pas se mettre à dos les lobbies et Le Monde a révélé que Stéphane le Foll a écrit une lettre leur demandant de ne pas les interdire (contre Ségolène Royal).

 

2-La taxe Nutella

Problème :

L’huile de palme est la seule qui n’est pas taxée alors que l’huile d’olive est taxée à 189€ la tonne or elle est soupçonnée de problèmes sur la santé et de provoquer de graves conséquences sur biodiversité :

  • déforestation : selon une étude de la Banque Mondiale de 2010, 1,8 millions d’hectares de forêt vierge d’Indonésie sont rasés chaque année et, au rythme actuel, l’ensemble des forêts de plaine de l’île de Bornéo, auront disparu dans les 10 années à venir.
  • plus de 90% des orangs-outans ont disparu
  • Les populations expulsées de chez elle et sans aucune compensation

 

On en est où ?

On en parle depuis 2012 : la taxe Nutella a été remise au goût du jour en première lecture au Sénat le 26 janvier (taxée à 900 euros la tonne)  puis l’Assemblée Nationale en mars. A été divisée par 10 (30 euros pour 2017 jusqu’à 90 euros en 2020). Les sénateurs ont finalement supprimé la taxe la semaine dernière. N’oublions pas la pression des pays producteurs (Malaisie, Indonésie).

3-Le chalutage en eau profonde

trawling_oceanaProblèmes :

  • Il touche les océans profonds, définis par les océanographes comme la zone au-delà de 200 mètres de profondeur, soit 98% de l’espace dans lequel la vie peut se développer sur Terre.
  • 98,5% des captures d’espèces profondes en France sont réalisées par neuf navires, soit 0,1% de la flotte française. Les emplois : entre 44 et 112 marins soit 0,2 à 0,5% des marins français.
  • Les rejets représentent 20 à 30% des captures.

ALORS QUE : Une année de pêche au chalut de fond en eaux profondes provoque autant d’impacts environnementaux que 535 à 833 années de pêche à la palangre (système avec lignes, hameçons maintenus par des ancres ou des plateformes flottantes, moins d’impacts)

Mais 900.000 signatures en ligne contre le chalutage profond ont été récoltées par l’association BLOOM fondée par Claire Nouvian.

On en est où ?

Modifié en mars car les députés considèrent que c’est à l’Europe de juger pour ne pas pénaliser les pêcheurs français (chantage des pêcheurs bretons qui ont menacé de bloquer les ports).

LCI 24-La chasse :

  • La chasse à la glue
  • La chasse des mammifères en période de reproduction
  • Non reconnaissance de la sensibilité des animaux sauvages
  • Zones de protections des animaux sauvages…
  • Discussion chez les députés mais beaucoup de chasseurs chez les sénateurs donc tout est abandonné

 

5- Deux bonnes nouvelles :

  • Sénateurs et députés sont d’accord pour rajouté la notion de préjudice écologique (le responsable doit payer ses préjudices, marée noire, etc)
  • Création d’une agence de la Biodiversité (un peu comme l’Ademe), police de l’environnement, protection de parcs marins, etc certaines critiques car manque de moyens.
    Conclusion : côté pollution, pourquoi changer une équipe qui gagne ?
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Passionnée par le cinéma documentaire et l'environnement, Alexandra a choisi le journalisme par vocation. En grande optimiste et végétarienne convaincue, elle espère un avenir meilleur pour le monde. Chaque petite voix compte... la sienne aidera peut-être à améliorer les choses en donnant les informations nécessaires à la réflexion !