L’invitation au voyage hivernal

(c) Hiver NomadeCe mercredi 6 février sort en salles le documentaire suisse « Hiver Nomade » dont le thème est la transhumance hivernale. Un road-movie contemporain au cœur des montagnes, de la nature et du monde rural.

Pascal, 53 ans, et Carole, 28 ans, sont bergers. En ce mois de novembre 2010, ils s’apprêtent à entamer leur longue transhumance hivernale : quatre mois pour parcourir 600 km en terre romande, en compagnie de trois ânes, quatre chiens et huit cents moutons. Commence alors un périple hors du commun. Bravant le froid et les intempéries, de jour comme de nuit, avec pour seul abri une bâche et des peaux de bête. L’aventure de ces deux bergers au caractère bien trempé invite à une réflexion sur plus large sur le monde rural, la difficulté du métier de berger et la transformation des territoires et du monde dans lequel nous vivons.

©kmboEnvoûtante et bénéfique transhumance

Phénomène vieux de plusieurs milliers d’années, la transhumance désigne la migration périodique de troupeaux de montagne qui fuient les rigueurs du climat montagnard en descendant vers les plaines tempérées. L’aventure dure 4 mois, les bergers et le bétail parcourent entre 500 et 600 km.

Cette pratique pastorale présente plusieurs intérêts écologiques. Les animaux se déplacent avec des graines et des propagules (organes de reproduction) dans leur toison, sous leurs sabots, dans leurs tubes digestifs et entretiennent ainsi le paysage et la biodiversité. Elle offre aux petits éleveurs, dont les exploitations sont de plus en plus réduites, la possibilité de nourrir leurs troupeaux tout en préservant les zones d’estive, ces espaces naturels où le bétail pâture. Ce mode d’élevage traditionnel est garant d’une agriculture durable et contribue à l’entretien du réseau écologique paneuropéen, ce qu’on appelle en France les « trames vertes et bleues ».

Premier film de Manuel Von Stürler ©kmbo

Avant de se lancer, en 2008, dans la préparation de ce film-documentaire, le réalisateur, Manuel Von Stürler a parcouru le monde avec sa femme et ses enfants pendant 2 ans. De retour en Suisse, sa rencontre avec les bergers et le spectacle extraordinaire du troupeau de moutons et des chiens, lui ont donné envie de réaliser Hiver nomade. Pour gagner la confiance et le feu vert des bergers, le réalisateur a d’abord participé à une transhumance complète, du début à la fin, sans tricher. Un moyen pour les bergers de rappeler la difficulté de leur métier, et pour l’équipe du tournage d’intégrer cette difficulté dans la réalisation du film.

Écoutez la chronique Bonne Nouvelle de Yolaine de la Bigne

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2013/02/La-transhumance-hivernale-124071961.mp3|titles=La-transhumance-hivernale]

Découvrez page suivante la bande annonce du film.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.