Liane Foly, féministe engagée

Chanteuse, humoriste et actrice, elle est aujourd’hui à l’affiche de son dernier spectacle, La folle part en cure. Engagée dans des causes humanitaires ou la protection animale, féministe, elle est une femme de cœur et de convictions.

(Extrait de Néoplanète 29)

L’humour féminin est-il différent de celui des hommes ? On dit que les femmes sont parfois plus provocatrices…

Sur scène, quand les humoristes veulent faire rire, il n’y a pas trop de différences. Et puis, certains hommes ont une fibre féminine dans leur écriture et leur façon de jouer. Je pense à Elie Semoun, mais aussi à Danny Boon ou Gad Elmaleh. Peut-être que les femmes osent dire plus de choses, qu’elles assument leur pouvoir de séduction, comme Chantal Ladesou (actrice et humoriste française, ndlr).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous êtes une féministe. Aujourd’hui, être féministe, cela veut dire quoi ?

Je suis féministe, mais pas Chienne de garde ! J’ai conscience d’avoir besoin des hommes pour avancer sur Terre. Malheureusement, aujourd’hui, la situation ne s’améliore pas, elle empire ! Pas seulement d’un point de vue féministe, mais d’un point de vue humain. La société vit une crise profonde. Chaque être est responsable de lui-même, il doit déjà faire avancer les choses à son propre niveau et régler ses problèmes. Puis, bien sûr, aider son prochain. En tant qu’individus, nous sommes des petits passages, des grains de sable : ce que nous pouvons faire de bien, nous le faisons, mais ça ne changera pas la face du monde, on le sait. C’est l’Histoire qui avancera. On ne sera peut-être même plus là pour voir que les femmes gouverneront la planète !

Si elles gouvernaient, ce serait mieux ? Ou n’est-ce qu’un doux rêve ?

Ce n’est pas qu’un doux rêve. La femme a toujours été responsable de l’homme, elle l’est, d’ailleurs, dès sa naissance. On voit à quel point les fils sont attachés à leurs mères. Elles jouent un vrai rôle dans toute leur vie, même si elles n’ont été reconnues que très tard. Quand on pense que les Françaises n’ont obtenu le droit de vote qu’en 1944, c’est hallucinant ! Maintenant, peut-on avoir la prétention de changer les choses ? Je suis vaccinée de ce côté-là. Lorsque des artistes soutiennent des causes humanitaires – ce que je fais depuis plusieurs années avec les Restos du Cœur, au sein des Enfoirés – et qu’ils se font taxer de profiteurs qui assurent leur promo, je suis un peu surprise. Nous vivons dans un pays assez négatif, toujours grognon, et c’est bien dommage. La France est un pays magnifique, mais on a l’impression d’être toujours en guerre et de devoir sans cesse se justifier, alors qu’on pourrait en faire un paradis.

Vous avez déclaré dans le magazine Femme Majuscule que les femmes sont souvent dures avec les autres femmes.

Oui, malheureusement, les femmes n’ont pas compris qu’elles sont sœurs. Il y a un manque de complicité entre elles. Les hommes, eux, ont l’habitude de se réunir, de s’entraider, tandis que les femmes sont souvent rivales. Elles sont toujours en concurrence, et ce je crois, depuis la nuit des temps. Cela correspond à la façon dont nous avons été élevées, comme des princesses qui doivent rencontrer le prince charmant. Il ne faut surtout pas qu’il y ait d’autres femmes sur le passage ! C’est notre éducation qu’il faudrait reprendre à zéro. Cela dit, je suis persuadée qu’avec le temps, les femmes deviendront de plus en plus unies. Les nouvelles générations changeront la donne.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.