L’huitre, un produit bientôt rare ?

Difficile d’imaginer des fêtes de fin d’année ou un été sans elle. L’huitre, nature ou cuite au barbecue, régale nos papilles tout au long de l’année. En France, le bassin de Marennes Oléron et le bassin d’Arcachon sont les deux seuls endroits où l’huître se reproduit naturellement.

Mais ces dernières années, la profession est touchée par une véritable crise sanitaire liée à l’augmentation des élevages en écloseries : la mort des jeunes huitres. Une situation qui réduit à peau de chagrin la disponibilité de la ressource.

Nous avons rencontré l’ostréicultrice Cyrille Marceau pour comprendre ce phénomène.

 

Qu’est-ce qui fait une bonne huitre ?

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2012/05/qu-est-ce-qui-fait-une-bonne-huitre.mp3|titles=qu est ce qui fait une bonne huitre]

Cyrille Marceau revient sur le problème de mortalité qui touche les petites huitres, faisant du mollusque un produit de « luxe » dont les réserves s’amenuisent. En cause : le développement de l’huitre triploïde… et la trop grande implication humaine ?

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2012/05/Crise-des-petites-huitres.mp3|titles=Crise des petites huitres]

 

L’info en plus : l’huitre, un aliment santé

L’huître est light : aussi maigre que le poisson ! Une douzaine d’huîtres peut remplacer la viande ou le poisson, ses protéines étant d’excellente qualité. Les récentes études démontrent que les huîtres sont pauvres en cholestérol : 3 à 4 fois moins que la viande.

L’huître apporte aussi calcium et phosphore nécessaires à la construction et au maintien de notre squelette. Les oligo-éléments zinc, sélénium, cuivre font partie de la panoplie des antioxydants qui nous permettent de bien vieillir car ils participent à protéger nos tissus. Le panel d’oligoéléments et de vitamines qu’offrent les huîtres en fait un aliment anti-asthénique (anti-fatigue).

 

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone