L’Europe s’attaque aux sacs plastiques sans les interdire

Les consommateurs européens utilisent quelque 100 milliards de sacs en plastique jetables par an et plus de 8 milliards de ces sachets ultrafins finissent dans la nature, qui mettra des siècles à les digérer.

Se réveillant alors que le mal est largement fait, la Commission européenne a décidé d’exiger des pays de l’Union qu’ils réduisent d’au moins 80% leur consommation de ces sacs à usage unique (épais de moins de 50 microns, soit 0,05 mm) ou de taxer leur utilisation. A chaque Etat de choisir sa méthode, qui peut aller jusqu’à l’interdiction, comme l’a fait l’Italie.

Plusieurs pays n’ont pas attendu que la Commission se réveille et ont déjà obtenu de très bons résultats, surtout ceux qui appliquent une taxe à l’achat, comme l’Irlande (50 cts par an = une réduction de 92%). Les bons élèves sont dans le nord (Danemark, Finlande) avec 4 sacs par an et par personne et les  mauvais élèves dans le sud et l’est (466 sacs à Chypre, au Portugal, en Pologne ou en Slovaquie). La moyenne se situe autour de 200 sacs par an, l’objectif européen étant de ramener ce chiffre à 35.

Les Français n’en utilisent plus « que » 80 chacun grâce aux initiatives des associations de consommateurs et de grandes surfaces. Une taxe d’environ 6 centimes par sac entrera en vigueur au 1er janvier 2014, ce qui devrait encore réduire cette consommation de pétrole déguisé.

Du jetable trop durable !

http://www.encyclo-ecolo.com
www.encyclo-ecolo.com

Utilisés pendant une vingtaine de minutes, ces sacs jetables mettent des centaines d’années à se décomposer. Pour le commissaire européen à l’Environnement, Janez Potocknik,  « ces symboles de la ‘société du jetable’ défigurent les paysages et disséminent des microparticules de plastique dans l’environnement, constituant une menace mortelle pour les poissons, les oiseaux et les tortues marines qui les ingèrent et contribuent à la formation en haute mer d’un véritable continent de déchets ».

En mer, ces sacs ingérés par les animaux et les oiseaux marins, constituent une menace létale pour les baleines, les dauphins, les phoques, les goélands et de nombreuses espèces de tortues menacées d’extinction. En mer du Nord, l’estomac de 94 % des oiseaux contient du plastique. En Italie, les sacs en plastique représentent 73 % des déchets de matières plastiques ramassés par les chalutiers le long des côtes de Toscane.

Plusieurs ministres de l’Environnement avaient invité la Commission à examiner les possibilités d’action, ce qui fait suite aussi à de vastes consultations publiques en faveur d’une initiative européenne forte. Le 15 novembre, une pétition (200.000 cartes postales) réclamant l’interdiction totale des sacs plastiques à usage unique a été remise à M. Potocknik, à l’initiative de la fondation Surfrider, tandis que les murs de la Commission à Bruxelles étaient décorés par l’exposition « Nice to Sea » sur le même thème.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yves Leers

Journaliste spécialisé dans les questions d’environnement (AFP), conseil en développement durable (L’Atelier du climat), ex responsable de la communication et de l’information de l’ADEME.