L’essentiel de l’aromathérapie

Femme versant des huiles essentielles dans de l'eau pour un soin de piedsOn les voit partout ces petites bouteilles d’Huiles Essentielles ! Mais si elles séduisent par leur efficacité, elles ne doivent pas être utilisées n’importe comment. Le nouveau « Traité d’aromathérapie scientifique et médicale » de Michel Faucon (éditions Sang de la Terre et Médial) est une bible qui permet de mieux comprendre les fameuses HE.

 C’est quoi ? 

Le principe ne date pas d’hier puisque 60 000 ans avant notre ère, l’homme de Neandertal utilisait déjà des plantes aromatiques ! Toutes les civilisations s’y sont intéressées en les utilisant telles quelles, brûlées, en infusion ou macérées dans une huile végétale pour conjurer les épidémies ou fabriquer des onguents médicinaux. Les égyptiens s’en servaient même pour leurs momies !

C’est au XX° siècle qu’elles sont remises à l’honneur par le parfumeur de Grasses, René Maurice Gattefossé, stupéfait de voir son bras guéri alors que s’étant brûlé, il l’avait plongé dans de la lavande croyant que c’était de l’eau. Aujourd’hui, elles ont la côte, notamment grâce à deux passionnés, le docteur Valnet et Pierre Franchomme. La preuve, 10 millions de flacons se vendent chaque année en pharmacie ! (source Celtipharm 2012).

Le principe de l’aromathérapie est d’extraire d’une plante médicinale,

– l’essence, liquide contenu dans les organes producteurs et qui a capté l’énergie solaire. On l’obtient par expression mécanique à froid des zestes d’agrumes, citron, orange, pamplemousse…

l’huile essentielle, extrait pur de la plante obtenu par passage de vapeur d’eau, distillation mécanique ou en les pressant à froid

l’hydrolat aromatique est l’eau distillée (vapeur d’eau re-condensée) que l’on sépare de l’Huile Essentielle quand elle sort de l’alambic après la décantation

– l’huile végétale est obtenue à partir de graines et de fruits par pressions ou extraction

Pour savoir où les acheter, comment les utiliser, cliquez vite page 2 !

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.