Les voitures partagées, c’est permis !

Autolib' Bluecar carsharing service, Paris, FranceVous roulez moins de 3 500 kilomètres par an ? Optez pour un véhicule partagé ! Au-delà, une voiture privée vous coûtera trop cher, aussi bien en essence qu’en frais d’entretien. En plus, l’utilisation commune de voitures neuves, mises à disposition le plus souvent dans des stations fixes, réduit de façon significative les gaz à effet de serre émis par le transport.

 

 

Les points forts : 

L’auto-partage est une belle histoire de solidarité. L’initiative se présente comme une excellente solution pour partir en vacances par exemple sans avoir à payer une voiture de location à prix fort. De nombreux sites proposent se service qui met en relation des particuliers entre eux comme le site unevoiturealouer.com. Dans la capitale, la Mairie de Paris a largement contribué au développement de ce projet qui « favorise le développement des nouveaux usages collectifs de la voiture » et qui limite les émanations de gaz à effet de serre. Une initiative attrayante si l’on en croit les cinq labels certifiés par la Ville de Paris ( Caisse Commune, Carbox, ConnectbyHertz, Mobizen et Okigo).

Autre système, les « voitures libre-service ». Après Autocool à Bordeaux, l’idée a séduit  la ville de Paris qui a installé il y a plus d’un an l’Auto’lib. Comment ça marche ? Muni d’un abonnement annuel, mensuel ou quotidien, vous vous rendez dans l’une des 1200 bornes accessibles en Île-de-France. Il vous suffit de débrancher le câble d’alimentation du véhicule pour l’emprunter, et roulez jeunesse !  Côté stationnement, aucun soucis à se faire : le nombre de stations étant plus élevé que celui des voitures en circulation, il est facile de trouver une place.  Le bonus :  la société parisienne s’est orientée vers des véhicules à moteur électrique ne produisant ni micro-particule, ni gaz d’échappement.

Les point faibles :

Toute initiative a son lot de récalcitrants et l’auto-partage comme l’auto-libre service n’échappe pas à la règle.

Pour la voiture à borne, les mauvais points résultent surtout des problèmes d’entretiens (voitures sales, et liquides d’entretiens pas toujours réapprovisionnés), le confort laisse aussi a désirer et le design brut ne fait pas l’unanimité.

Pour la voiture à partager, il faut faire des concessions : rendre la voiture au point même où on l’a empruntée, organiser ses déplacements en fonction des réservations du véhicule (il faut être ponctuel).

 

 

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Après un an passé en Irlande où elle obtient son bac à lauréat, elle revient en France où elle suit une année de lettres modernes à la faculté de Bordeaux. Depuis 2011 elle suit une formation de journaliste à Paris.